Entre deuil et nouvel envol, il se présente comme le journal de bord de la chanteuse depuis la disparition de son mari.

Le voici donc enfin ce nouvel album de Céline Dion, six ans après Loved Me Back To Life et le premier depuis la disparition de son pygmalion de mari, René-Charles Angelil. Sans surprise, son ombre plane sur ce disque généreux qui compte 16 titres, et quatre de plus pour la version Deluxe.

© D.R.

Exclusivement chanté en anglais, Courage retrace le chemin – de croix – arpenté par la chanteuse depuis la mort de son époux. Les titres parlent d’eux-mêmes : “Lovers Never Die”, “For The Love That I Lost”, “Lying Down” “Perfect Goodbye”. Mais il ne se limite pas à cela. Il révèle aussi comment Céline Dion a fait face et prend un nouvel envol. Là aussi, les titres sont explicites : “Courage”, “Change My Mind”, “I Will Be Stronger”, “Look At Us Now” ou “Flying On My Own”.

Des réussites

Voilà pour la trame de cet album, reste à voir ce qu’il propose sur le plan musical. Et là, ça commence plutôt mal. Quelle idée a traversé la tête de Céline Dion pour placer en ouverture “Flying On My Own” et son refrain taillé pour les clubs dance. Il n’est pas du tout à l’image – et à la hauteur – de ce qui suit. La faute à David Guetta dont on sait qu’il a contribué à l’album ? Pas du tout. Bien au contraire même puisque sa contribution – la ballade “Lying Down” – se révèle classieuse et tout à fait dans le registre qui caractérise le mieux la chanteuse. Autre réussite de ce disque , “Baby” et son refrain des plus catchy qui devrait faire des ravages. On y ajoute volontiers l’excellent “The Chase” et “Imperfections”.


Les irréductibles, eux, seront rassurés par des morceaux comme “How Didi You Get Here”, “For The Lover That I Lost” que cosigne Sam Smith ou encore “Lovers Never Die”, “Change My Mind” et l’incontournable “Courage”, du Dion pur jus.

Des flops...

Pour ce nouvel album, Céline Dion n’a pas lésiné sur les moyens. On ne compte pas moins d’une quarantaine de collaborateurs plus prestigieux les uns que les autres : Sia et LP, Greg Kurstin qui a travaillé avec Adele, Pink, les Foo Fighters, etc. Malheureusement cette dream team n’évite pas certains ratés. “Say Yes” en est un, “Nobody’s Watching” ne passe pas non plus la rampe.

Si Céline Dion n’en fait pas des caisses avec sa voix, elle pèche par trop de générosité. Un album plus concis, réduit à 12 titres, aurait certainement eu plus d’impact. Les fans vont adorer, les détracteurs détester et ceux qui naviguent entre les deux trouver le temps parfois long à l’écoute. Sortie officielle, ce vendredi 15 novembre.