À quelques heures de la 18e cérémonie des NRJ Music Awards, les fans sont à l’affût de la moindre star.

La cérémonie ne devait débuter hier que sur le coup de 21 h (et en direct sur TF1)...mais pour la génération NRJ, la 18e édition de ces awards a débuté bien plus tôt.

Vendredi soir déjà, des dizaines de fans étaient agglutinées devant les portes - et derrière les barrières spécialement installées - des grands hôtels de la Croisette.

À minuit, devant le très prisé Carlton, plusieurs jeunes filles ont du mal à abandonner leur spot pour rentrer chez elles. Elles savent que Jenifer et Kendji Girac sont attendus en ces lieux. L’une d’elles a décidé "de rester là toute la nuit" malgré le froid et les températures qui chutent de 15 degrés une fois la nuit tombée. Une autre tente de convaincre sa maman de patienter encore une heure ou deux… Pour rien.

Car c’est le lendemain, le samedi, que les stars se sont montrées. Sauf Maître Gims qui lui s’est un peu caché. "Il n’avait pas ses lunettes de soleil donc n’est pas venu saluer la foule", regrette une fan, qui, quelques instants plus tard scandera comme toute la foule un même prénom : Kendji.

Le roi des gitans est bien arrivé au Carlton. Et le fait savoir, vers 16h, en apparaissant au balcon très élevé de sa chambre d’hôtel donnant sur la mer. Il salue son public qui le supplie en chœur : "Descends, descends !"

Dévotion semblable un peu plus loin le long du même trottoir, aux abords de l’hôtel Martinez. Toutes les jeunes (et les moins jeunes) sont réunies pour un seul homme : Matt Pokora. Pendant ce temps-là, l’idole des filles était tranquillement attablé autour de la piscine de l’hôtel…

Et les stars anglo-saxonnes dans tout ça ? Il semblerait que la foule n’ose pas espérer un selfie avec un de grands noms invités à cette cérémonie des NRJ Music Awards : Robbie Williams, Bruno Mars ou encore Coldplay.

Tandis que d’autres artistes, telle que la nouvelle sensation française Jain, arrivent à se camoufler parmi les badauds amassés sur la promenade, le long de l’eau et aux abords du palais du Festival.

Nommée comme révélation de l’année, la jeune femme, lunettes rondes vissées sur le nez ne s’est pas trop fait importuner depuis son arrivée jeudi. Elle nous le confie, alors qu’elle regagne son hôtel : ce n’est pas trop son truc la montée des fameuses marches. "Je suis juste contente de chanter ce soir."

Vendredi soir déjà, quelques artistes avaient eu droit à un échauffement et à un premier contact avec le public. NRJ organisait un mini-concert privé - avec 2.000 spectateurs - qui a fait bondir le jeune public.

Avec les faiseurs de tubes tels que Julian Perretta, Amir (et son indéfectible sourire) et Zaho, l’une des salles du palais des festivals a bien chauffé.

De quoi enthousiasmer Zaho, l’une des chouchoutes du public cette année et qui avait un peu de mal à regagner à pied, mais pas incognito, son hôtel samedi après-midi depuis le palais des festivals, là où les répétitions battaient leur plein entre Tal et ses 30 (!) danseurs et Enrique Iglesias.

Pendant ce temps-là, les barrières nadar et les contrôles de sécurité (détecteurs de métaux à gogo) étaient placés à tous les abords du tapis rouge. Même le public extérieur, qui allait patienter des heures durant dans le froid - on est à Cannes mais c’est quand même l’hiver en bord de mer - pour apercevoir l’une ou l’autre tête connue sortir de leur limousine, était soumis à toutes les fouilles désormais d’usage.