Yakamusic bouscule les codes de la musique depuis longtemps établis

BRUXELLES Yakamusic.com révolutionne la musique et bouscule ses codes depuis longtemps établis. On vous en avait déjà parlé : ce site belge permet aux internautes de devenir producteurs des artistes de leur choix. Les artistes, eux, se fixent un objectif : enregistrer un single et, pour ce faire, récolter 15.000 euros ou enregistrer un album et atteindre 50.000 euros.

La DH, souhaitant participer à cette révolution musicale, est l'un des premiers promoteurs du site. Notre rôle ? Soutenir les artistes de notre choix en nous engageant à vous parler d'eux. Facile et efficace, comme l'ensemble du projet Yakamusic, lancé par Michel de Launoit.

Comment est né Yakamusic ?

"C'est un artiste que je connais qui m'a parlé de ce qu'il faisait sur un site similaire en Allemagne et quand j'ai vu ça, je me suis dit : je veux la même chose !"

C'est important de créer cette alternative aux maisons de disques aujourd'hui ?

"Oui, on le voit parce que, après un mois et demi, on a quand même 350 artistes sur le site, qui viennent de trois pays essentiellement : la Suisse, la France et la Belgique. On a deux artistes qui sont arrivés à leur objectif single. Ça répond à une demande des internautes de participer à la musique, parce que sur le Net elle est vraiment interactive."

Tout le monde peut s'inscrire ?

"Oui, mais, en tant qu'artiste, si vous ne savez pas chanter, vous risquez de ne pas avoir de production. Nous, en tout cas, on ne se permet pas de juger. La seule contrainte, c'est la moralité. Mais on ne juge pas la qualité. Ce sont les internautes qui choisissent de soutenir ou pas un artiste."

Vous soutenez les artistes jusqu'à quel point ?

"Jusqu'à les amener aux portes des radios, des sites Internet... On veut que tout le monde soit au courant de leur existence. Après, ce n'est plus à nous de décider. On est un outil entre le producteur internaute et l'artiste et aussi entre l'artiste et les médias."

www.yakamusic.com