Après l'annonce, mercredi, de la Première ministre de supprimer tout événement de masse jusqu'au 31 août, les annonces d'annulations et de reports de festivals se sont succédées en masse côté flamand: Werchter, Tomorrowland, Pukkelpop et Graspop pour ne citer que les plus grands.

Live Nation, l'organisateur de Rock Werchter, qui aurait dû avoir lieu du 2 au 5 juillet, annonce dès lors mercredi que l'édition 2020 n'aura pas lieu. Des discussions sont en cours pour trouver une solution pour les détenteurs de tickets.

"Notre partenaire Ticketmaster les contactera dès que tout aura été entièrement réglé, selon toute vraisemblance dans quelques jours. Surveillez vos boîtes mails. Merci pour votre patience. On ferons des plans pour l'été prochain. Parce que nous voulons revenir, avec une nouvelle édition au top de Rock Werchter", annonce Live Nation.

L'annulation concerne également Werchter Boutique (20 juin avec Taylor Swiften tête d'affiche), et TW Classic (21 juin avec la venue programmée de Paul McCartney).

Quant au populaire festival techno Tomorrowland (17-19 et 24-26 juillet) à Boom, les organisateurs ont annoncé mercredi soir que les 400.000 tickets vendus vaudront pour l'édition 2021. Les festivaliers pourront profiter de leur ticket le même jour/week-end que celui pour lequel ils ont payé. En cas d'impossibilité, les détenteurs du fameux sésame pourront l'échanger.

Selon la porte-parole Debby Wilmsen, l'idée du report à l'automne n'a finalement pas été retenue, en raison notamment des avis négatifs des virologues.

Le Pukkelpop (20-23 août), lui non plus, n'aura pas lieu cette année. Les organisateurs ajoutent qu'ils travaillent actuellement à un programme pour les acheteurs des billets "early bird". Dès que ce sera réglé, les détails seront communiqués. "Mais cela peut prendre quelques jours", préviennent-ils encore.

Graspop: la saison 2021 déjà sur les rails

Malgré ce ciel qui leur est tombé sur la tête ce mercredi, force est de constater que les organisateurs des festivals n’entendent pas baisser les bras. Même si les difficultés économiques seront complexes à surmonter, tous font preuve d’optimisme et beaucoup ont déjà dévoilé leurs dates pour 2021.

C’est le cas du Graspop dont juin devait accueillir un anniversaire important. “Nous serons de retour en 2021” annonce le communiqué du festival metal, “et nous nous vengerons pour célébrer nos 25 ans du 17 au 20 juin. Un effort sera fait pour avoir un maximum d’artistes programmés cette année.”

Même élan du côté de LaSemo. “Nous avons plus que jamais envie de continuer à proposer un projet qui place le public et la nature au cœur de sa démarche, un projet plein de sens et à l’image du monde que nous souhaitons pour l’après”explique Samuel Chappel, directeur du festival.

La double peine pour Tomorrowland

L’annulation des festivals de l’été n’épargne personne, pas même l’inébranlable Tomorrowland pour qui 2020 restera une année noire. Après l’annulation de l’édition Winter, ce sont les deux week-ends d’été qui passent à la trappe. “Ce n’est pas une surprise mais c’est difficile à encaisser, nous a confié la porte-parole Debbie Wilmsen pour qui reprogrammer l’événement plus tard dans l’année était très compliqué. “Il aurait fallu faire cela en septembre ou en octobre, ce qui, avec la météo belge, est risqué. D’autant que rien ne garantissait que le virus ne circule pas encore quelque part dans le monde. La meilleure option était de le reporter en 2021.

Ronquières ne baisse pas les bras

Du côté du Ronquières festival, le coup est difficile à encaisser. “Nous attendions de savoir si tous les évènements allaient être annulés ou si une différence serait faite entre les énormes évènements internationaux comme Rock Werchter et ses 80 000 spectateurs par jour et Ronquières qui en accueille 25 000 et dont 95 % du public est belge, explique Bertrand Hamaide. On s’était dit qu’on avait peut-être encore une chance.” Hélas, le couperet est aussi tombé pour le rendez-vous hennuyer. Va-t-il y survivre ? “C’est difficile de répondre parce que nous attendons des informations additionnelles du gouvernement, souligne l’organisateur. Sommes-nous obligés de rembourser les tickets déjà vendus ou pourra-t-on faire comme les compagnies aériennes, des vouchers à valoir sur l’édition 2021, nous n’en savons rien. Or c’est important car nous avons déjà payé une série d’acomptes et de factures. Il y a aussi l’annulation des contrats. Certains pourront l’être parce qu’il y a force majeure mais est-ce le cas pour tous ? C’est la grosse inconnue.” Si l’avenir est incertain, la volonté de survivre à ce coup dur est, elle, bien vivace. “On a toujours été des battants. La première année, nous avons perdu beaucoup d’argent et tout le monde nous a dit d’arrêter. Mais nous avions la volonté de réussir. Nous avons remis de l’argent à titre personnel pour y parvenir. J’espère qu’ici aussi, ça fonctionnera bien.”

Les festivals LaSemo, Dour reportés à 2021

Les festivals LaSemo et Dour n'auront pas lieu en 2020, ont annoncé leurs organisateurs mercredi à la suite des mesures gouvernementales prises dans le cadre de la crise du coronavirus.

Le festival LaSemo, qui devait se dérouler dans le parc d'Enghien du 9 au 11 juillet, est reporté à 2021. Le festival de Dour, initialement programmé du 15 au 19 juillet, fera également l'impasse sur son édition 2020, de même que le festival de Ronquières, prévu les 1er et 2 août.

"Il n'aurait pas de Dour Festival cet été", a indiqué Carlo Di Antonio, initiateur du festival et bourgmestre de Dour. "Comment avoir la garantie d'accueillir sur nos scènes des artistes étrangers, notamment américains, d'accueillir de grandes foules, venues de Belgique et d'ailleurs. Nous privilégions la santé et de la sécurité des festivaliers, des artistes, de nos partenaires, fournisseurs, employés et volontaires."

Pour les organisateurs de LaSemo, "il était important de maintenir notre festival parce que les gens auront besoin de se retrouver, mais cela n'est pas possible", ont-ils commenté . "Mais nous ne voulons mettre personne en danger."

L'édition 2020 du festival Esperanzah! 2020 annulée

Le festival Esperanzah! 2020, qui devait se tenir du vendredi 31 juillet au dimanche 2 août prochain à Floreffe, est annulé après la décision du Conseil de sécurité d'annuler tous les événements de masse prévu jusqu'au 31 août, a indiqué l'organisation. Pour ce festival alternatif organisé au sein de l'abbaye de Floreffe, un report à une date ultérieure en 2020 n'était pas envisageable. "L'abbaye de Floreffe est une école tandis que le festival nécessite trois semaines de préparation sur place. En dehors des vacances scolaires, ce n'était donc pas possible. Et puis, il fallait aussi tenir compte de l'agenda des artistes mais aussi des frontières d'autres pays que seront peut-être toujours fermées plus tard dans l'année", selon son organisateur Jean-Yves Laffineur.

L'annulation d'Esperanzah! 2020 va mettre le festival en grandes difficultés financières. "On vit principalement grâce à nos festivaliers, on est à 80% d'auto-financement. On a par ailleurs des subsides non structurels, on craint de les perdre. On va vers un déficit qui pourrait atteindre 200.000€. Cela risque aussi d'impacter tous les sous-traitants", poursuit-il.

L'édition 2021 du festival devrait néanmoins avoir lieu. "On espère que le gouvernement nous soutiendra et on va compter sur la solidarité. Pour les festivaliers qui avaient déjà leur place, on leur demande en ce sens de les garder pour l'année prochaine. Pour les autres, un remboursement sera effectué", conclut M. Laffineur.

Le festival des Solidarités 2020 annulé, rendez-vous en 2021

Le festival des Solidarités, qui devait avoir lieu les 28, 29 et 30 août à la Citadelle de Namur, est annulé à la suite des mesures prises mercredi soir par le gouvernement fédéral pour lutter contre la propagation du Covid-19, a indiqué le directeur du festival Martin Wauthy. Les organisateurs s'attendaient à une telle décision et s'y étaient préparés. "La tenue de l'événement devenait de plus en plus hypothétique pour des raisons sanitaires évidentes. On est satisfait que les décisions prises l'ont été sur base d'avis scientifiques. Nous sommes déçus, mais nous devons mettre ça en perspective avec ce qu'il se passe en ce moment. Il y a des choses plus dramatiques", a encore précisé Martin Wauthy.

L'édition 2020 du festival ne sera pas reportée à une date ultérieure dans l'année. "Je peux comprendre que les organisateurs d'un événement qui devait avoir lieu début juillet pensent à une autre date mais pour le notre, qui devait avoir lieu fin août, ce n'est pas possible. Rendez-vous donc en août 2021. Edition pour laquelle on va essayer de garder un maximum d'artistes qui étaient à l'affiche 2020 même si ça sera impossible de conserver tout le monde."

Les festivaliers qui avaient déjà acheté leurs places seront intégralement remboursés. Ils pourront par ailleurs, s'ils le désirent, bénéficier d'un bon à valoir pour l'année 2021.

Les Francofolies se projettent déjà sur l'édition 2021

Les organisateurs des Francofolies de Spa (17-20 juillet) ont rapidement indiqué qu'ils se projetaient désormais sur l'édition 2021, après l'annonce de la Première ministre, Sophie Wilmès, mercredi après-midi de l'interdiction de tout festival cet été. "Nous comprenons ces décisions qui interviennent pour des raisons sanitaires. Il va de soi que la santé de tous est une priorité absolue. Nous étions particulièrement fiers de notre programme 2020 qui rencontrait déjà un grand succès au niveau des préventes. Cette édition s'annonçait bel et bien fantastique", a précisé Charles Gardier, co-organisateur, lui-même infecté il y a trois semaines par le coronavirus.

L'organisateur Spadois espère néanmoins que le secteur culturel, qui se remettait doucement des attentats de Paris en novembre 2016 et qui avaient déjà obligé les artistes et toutes les corporations gravitant autour du milieu de travailler au ralenti, ne sera pas encore plus fragilisé.

"Mais, quand je vois cet appel à la culture qui se développe sur les réseaux sociaux durant cette période de confinement, je me dis quand même qu'il rebondira et nous mettrons, nous-mêmes, organisateurs spadois, tout en œuvre pour surmonter cette épreuve difficile", a ajouté M. Gardier qui pense particulièrement aux festivaliers, partenaires, collaborateurs et artistes après cette annonce attendue.

Les organisateurs ont un temps pensé à reporter leur événement "mais les contraintes auraient été telles, sans parler de la frilosité compréhensible du public, qu'une édition dans ces conditions aurait été difficile à réussir", a conclu Charles Gardier.