Le nouvel album des Vaches aztèques se retrouvera probablement dans les hottes de saint Nicolas et Père Noël

BRUXELLES Le premier album avait été unanimement salué par la critique et le public. Il était donc naturel que Les vaches aztèques ne s'arrêtent pas là. Né de l'idée de Christelle Prouvost, ce projet musical pour enfants ne s'inscrit pas pour autant dans la tendance des Christian Merveille ou autre Henri Dès. Comme nous l'explique Thierry Vassias, à la guitare. "Je me suis rendu compte que les disques pour enfants sont très gentils gentils et que ma fille par exemple, quand elle avait trois ans, écoutait plutôt Madonna. En fait, les enfants écoutent la même musique que nous, c'est au niveau des textes qu'il faut leur parler. Nos musiques sont faites comme pour un album de chansons pour adultes."

L'écriture des textes est, elle, un vrai challenge. "C'est plus difficile que pour des adultes, parce qu'on n'est plus des enfants. Il faut aller rechercher dans notre passé et en même temps regarder autour de nous les enfants vivre pour être en phase avec ce qu'il se passe aujourd'hui. Ce qui est compliqué, c'est à la fois de parler aux enfants et de faire un spectacle où les adultes ne s'ennuient pas." Et pour ce faire, Les vaches ont fait appel à Bruno Coppens, comédien chez Blabla ou encore chroniqueur au Jeu des dictionnaires.

Vous l'aurez compris : l'écriture parle aux plus jeunes mais n'aborde pas pour autant que des sujets légers. Ainsi, un texte dans ce deuxième album : Mes deux papas. "Ça ne part pas d'une prise de position politique, explique Thierry. On ne dit pas oui ou non au mariage homosexuel ou oui ou non à l'adoption par des couples homosexuels. On a simplement constaté dans notre entourage qu'il y a des enfants qui ont deux papas ou deux mamans. L'idée, c'est de parler aux enfants d'eux-mêmes : certains enfants ont à vivre ça et ce n'est pas simple."

Et soyez-en sûr : les enfants s'y retrouvent. "Il faut voir à quel point ils peuvent s'amuser quand on est en concert. Ils ont un tel degré d'intelligence et de compréhension. On a, par exemple, beaucoup discuté entre nous de la chanson Les trous de mémoire qui parle d'un grand-père qui a Alzheimer. Une journaliste vient me voir un jour et me demande si les enfants comprennent ça. On a donc été leur demander. Une petite fille lui a dit que cette chanson-là, c'était exactement c e que sa grand-mère vivait. On a donc eu les mots justes."

Pour que vous puissiez juger par vous-mêmes, sachez que Les vaches aztèques seront aux Halles de Schaerbeek le 9 décembre pour Saint Nicolas est un rockeur. Il y aura en effet pour la première fois des concerts pour les plus jeunes. Une belle initiative...

Les vaches aztèques, 100 % matière grâce (Vivanova). Le 9 décembre aux Halles de Schaerbeek pour Saint Nicolas est un rockeur.



© La Dernière Heure 2006