Musique

Il a été foudroyé par une crise cardiaque dans la nuit de samedi à dimanche. Il avait 58 ans

HERSTAL Pour ce 21 juin, le centre culturel de Quevaucamps annonce une Tournée romantique qui réunit des anciennes gloires belges, comme Robert Cogoi, Christian Vidal et Paul Severs. Philippe Laumont devait participer à ce double spectacle. Il n'en sera pas : il est mort dans la nuit de samedi à dimanche.

Philippe Laumont rentrait de Rochefort, où il était allé passer la soirée avec un copain. Il déposait ce dernier devant son domicile, dans le quartier de Coronmeuse, à la limite entre Liège et Herstal. Le chanteur est sorti de sa voiture. Il s'est aussitôt effondré, victime d'une congestion pulmonaire.

Il avait un physique à la Patrick Bruel, une présentation soignée à la Helmut Lotti et une voix de ténor qui lui permettait tout. Mais son seul vrai succès du disque date de 1990, Les Enchaînés, une adaptation de Unchained Melody, la très ancienne chanson des Righteous Brothers qui, à l'époque, venait d'être remise au goût du jour par le film Gosht.

Pour imposer ce succès, Philippe Laumont avait profité de l'impact de l'émission Dix qu'on aime. Classé pendant treize semaines au numéro un du Top 50 belge, il eut, avec cette chanson, le plus gros succès de la génération Dix qu'on aime. Il faut dire qu'il n'y arrivait pas comme un débutant. Il avait, en 1990, quatorze années de scène à son actif.

Philippe Warlomont (son vrai nom) est né en 1950 à Herstal. Il commença dans la vie professionnelle comme facteur, mais avait une passion pour le football qui l'a amené jusque chez les juniors nationaux, au Standard. C'est alors qu'il bifurqua vers la chanson, sous le nom de Patrick Everly. Il fit aussi partie du groupe Party People, un trio soul.

Peu avant d'éclater dans Dix qu'on aime, il rencontra Nathalie Lavigne, une ex-Miss Wallonie et Miss Benelux, qu'il épousa et lança aussi dans la chanson. D'elle, on connaît la chanson Écris-moi. En 1992, ils ont chanté ensemble Douze étoiles en harmonie, qu'ils espéraient défendre à l'Eurovision. Morgane leur barra le chemin. À Ans, ils avaient lancé un cabaret où Laumont assurait l'essentiel du spectacle, chantant, racontant des histoires drôles et se déguisant pour des saynètes toujours amusantes. Avec le succès, il remit son commerce, mais c'est à ce moment-là que Dix qu'on aime cessa d'exister.

Néanmoins, les lendemains de cette disparition d'antenne furent moins pénibles pour lui que pour d'autres. Il tenta de s'imposer dans le créneau d'Helmut Lotti en reprenant à son tour et à sa façon les classiques entouré d'un grand orchestre. À commencer par Nessum Dorma, l'oeuvre qu'il chérissait entre toutes, sa grande fierté.

On le vit beaucoup à Spy, animant des après-midi récréatives. Il sortit l'album Classiques en 1997 et, en 1999, Rêve symphonique puis Les refrains de ma vie où il reprenait des chansons comme Et maintenant ou Je t'appartiens de Gilbert Bécaud. Mais sans média pour l'aider, il ne put imposer ses albums.

Après ses déboires judiciaires de ces dernières années, Philippe Laumont venait de reprendre le chemin de la scène. Il chantait tous les dimanches, à l'Edelweiss, à Boncelles, près de Liège. Il avait deux fils. Anthony, 27 ans, et le chanteur Fabian Warlomont, 30 ans.



© La Dernière Heure 2008