La première tête d'affiche de Rock Werchter a alterné le bon et le mauvais goût, le Cirque du Soleil et Disneyland, mais son ultra show valait le déplacement.

Kitsch, rose bonbon, le début du spectacle de P!nk laisse redouter une grand publicité de 2h pour Disneyland Paris, ce jeudi soir. L'icône pop démarre sans grande surprise par le mémorable Get The Party Started, toujours aussi entraînant et porteur de souvenirs. Ses danseurs déambulent dans des chariots à bagages d’hôtel et dansent sur des lampadaires roses distordu autour de la chanteuse américaine vêtue d’un justaucorps entièrement pailleté, qui émerge littéralement du public pour lancer les festivités.

Papa, maman et la petite soeur

Avec huit albums studio, elle distille ensuite les chansons de son répertoire au compte goutte, mais enchaîne directement Beautiful Trauma (2017) et Just Like a Pill (2001) sous les hurlements des jeunes femmes, leur grand frère, et tout le public intergénérationnel de Werchter. Tout sourire et pleine d’énergie, Alecia Beth Moore (son vrai nom) se donne toute entière devant les (un peu de moins de) 80.000 spectateurs présents lors de cette première journée, qui n'affiche pas totalement complet.

© jc guillaume

C’est la première fois qu’elle revient en Belgique depuis 2013 au Sportpaleis d’Anvers et à Werchter depuis 2010. Autant dire que la chanteuse était attendue par une horde de fans, qui lui jettent quantité d’animaux en peluches ou autres babioles et parviennent presque systématiquement à attirer son attention. Après une courte interruption, changement de costume oblige, P!nk entame Funhouse et fait un petit clin d'oeil à la frange du public qui a connu les années 90 en y intégrant parfaitement des extraits du sautillant Just a Girl de No Doubt.

Les acrobaties et la voix

La chanteuse de 39 ans fait dans le divertissement pur jus, très américain, destiné à en mettre plein la vue. Sur Secrets, la voilà acrobate aérienne dans une performance gracieuse, travaillée, qui va au-delà de la simple poudre aux yeux. Sa voix, parfaitement doublée ou soutenue lorsque le show l'exige, ne lâche jamais. P!nk est vocalement irréprochable et très impressionnante du début à la fin.

© jc guillaume

Les festivaliers l'aident à volontiers sur Try, Just Give me a Reason et What About Us. Mais le concert est ponctué de plusieurs vidéos qui coupent malheureusement son rythme effréné. L'une de ces capsules fait défiler la carrière de P!nk avec extraits de clips, d’interviews, et va sans doute un poil trop loin dans l'auto glorification en y ajoutant des images de la chanteuse en pleine mission humanitaire en Afrique, sur un fond d’empowerment et de discours féministes.

Va, vis et deviens

L’autre vidéo met en scène une discussion de l’artiste avec sa fille qui lui confie ses difficultés à accepter son corps. Lors d'un échange sonore, surtitré sur les trois écrans, elle lui répond qu’il ne faut pas toujours rentrer dans les codes, et lui prouve la chose en concluant que si elle a souvent été critiquée physiquement, elle parvient à remplir des stades dans le monde entier. Dialogue bienveillant, mais tellement egocentré qu'on finit presque par le regretter.

Le constat est toutefois inévitable, P!nk a vendu plus de 40 millions d’albums au cours de sa carrière, et propose un show bien construit, athlétique, très américain. Elle parvient sans difficulté à manœuvrer entre la pop sucrée, le rock renversant (avec une excellente reprise de River de Bishop Briggs) et l’acoustique aux teintes country. Même si l’esthétique du concert penche presque du côté du mauvais goût et du “too-much”, à mi chemin entre Alice au Pays des Merveilles et le Cirque du Soleil, on ne peut que se laisser emporter par son charisme.

Pas question de partir sans marquer une derrière fois les esprits. Attachée à des câbles, la star mondiale

se projette au dessus du public pour entamer son fameux So What en tourbillonnant sur elle-même. L'effet est parfait, l'au-revoir réussi. L’artiste voulait être gymnaste quand elle était plus jeune, pas de doute qu’elle réalise son rêve à chaque concert.