Dans son dernier single ("Zéro détail") sorti le 6 mars, le rappeur Sneazzy, accompagné par Nekfeu avec qui il s'est réconcilié, laisse entendre que Pascal Praud, journaliste sur CNews, "mérite une balle dans le cervelet".

A peine sorti, le morceau fait donc déjà polémique avec la tenue de propos très virulents dans le couplet de Sneazzy à l'encontre du journaliste Pascal Praud : "les hommes en bleu sèment la terreur, n'ont aucun coeur comme collabo/Les journalistes salissent l'Islam, sont amateurs comme Pascal Praud/Ca mérite une balle dans le cervelet, le canon au fond de la bouche/J'suis musulman et j'suis fier de l'être, on va jamais m'traîner dans la boue". 

Pour ponctuer le tout, dans le clip de ce titre tourné dans un hangar, on aperçoit Nekfeu y ajouter son grain de sel, en soufflant "salope" au moment où le nom de l'animateur du groupe Canal+ est cité par son comparse.


Après s'être dit "stupéfait" par de tels propos, le présentateur de "l’Heure des pros" sur CNews a remercié les marques de soutien via Twitter. Sur le plateau de son émission, il a également indiqué "réfléchir aux suites". "On me dit que ces menaces de morts sont punies sévèrement : 5 ans de prison et 45 000 euros d'amende", a-t-il déclaré.


De leur côté, Sneazzy et son label se sont montrés injoignables, selon nos confrères du "Parisien". De nombreuses personnalités politiques, provenant majoritairement du parti de droite Les Républicains (comme Nadine Morano, Bruno Retailleau ou Eric Ciotti), ont signifié leur soutien à Pascal Praud.

Ce type d'attaques violentes, ad hominem, dont un rappeur comme Eminem est par exemple coutumier, a déjà valu à plusieurs rappeurs d'avoir maille à partir avec la justice, que les propos reflètent ou non la véracité de leur pensée.