Musique Le rap a le blues. Il est en perte de vitesse dans les charts américains. Faut-il y voir l’amorce d’un déclin ?

Depuis de nombreuses années, le rap est l’un des styles musicaux les plus écoutés chez nous. Rien que dans l’Ultratop des albums en ce moment, on retrouve les rappeurs français Nekfeu, Ninho, PNL, Zola, Lomepal, Koba LaD et notre compatriote Roméo Elvis. Aux États-Unis, l’arrivée du hip-hop dans le haut des charts serait même "l’événement le plus marquant du paysage musical américain" entre 1960 et 2010, comme le rapportent des mathématiciens britanniques qui ont analysé plus de 17 000 chansons. L’hégémonie du style urbain est-elle pour autant inébranlable ? Pas si sûr, selon une récente étude de Hit Songs Deconstructed qui analyse chaque semestre l’état des charts américains. Ce début d’année 2019 semble être un mauvais cru pour le rap aux États-Unis.

(...)