Comme tout le monde, Matt Pokora a dû entendre des dizaines et des dizaines de fois l’expression “Il faut tourner sept fois sa langue dans sa bouche avant de parler”. Pourtant, en mars de l’année dernière, il a oublié cette sage expression et il le regrette amèrement aujourd’hui. En cause : ses propos concernant la pandémie et la manière avec laquelle il a fustigé le gouvernement français lors des premières mesures de confinement. Depuis, il a l’étiquette “complotiste” qui lui colle dans le dos

Invité de Thomas Sotto sur RTL ce jeudi, il est revenu sur cette polémique dans laquelle il est empêtré depuis des mois. “J’aurais mieux fait d’attendre un peu puisque quand je réagis, je le fais à chaud. Je suis dans les premiers à me mettre dans le bourbier.” À l’époque, il avait tenu le discours suivant sur Instagram : “C’est un peu bizarre ce procédé de dédramatiser un virus depuis 10 jours sur les chaînes d’infos, les politiques, les médecins en disant que la grippe chaque année tue beaucoup plus de personnes dans le monde ou que H1N1, Ebola… étaient bien plus dangereux… Mais de prendre des mesures sans précédent… Jamais on n’a annulé des concerts, marathons… pour H1N1, Ebola et autres…” Et d’ajouter la phrase probablement de trop : “On parle de 73 personnes contaminées sur 66 millions de Français… On nous cache quelque chose ou quoi ?”

Rappelons qu’au moment où il tient ces propos, le chanteur est en pleine tournée suite à la sortie de son album Pyramide. Sur les 58 dates programmées, il lui en reste 32 à faire. Elles n’auront jamais lieu. Le 9 mars 2020, c’en est terminé des grands rassemblements, y compris les quatre dates de Forest National les 26 et 27 mars, ainsi que les 25 et 26 septembre. Idem pour celle du Baudet’Stival à Bertrix le 12 juillet, celle du Yes2DayLand à Aywaille le 29 août et leurs reports en 2021. En lieu et place, Matt Pokora a proposé une Livestream pour mettre un point final à ce Pyramide Tour qui lui tenait tant à cœur.

Près de 18 mois après la polémique, il le reconnaît : “C’est toujours un peu délicat au début de s’exprimer là-dessus”.