Pour son quatorzième album, Christophe prouve qu’il est toujours capable d’étonner et de se réinventer.

Sur Christophe Etc., l’artiste de 73 ans reprend des chansons de son répertoire entouré d’une poignée d’artistes issus de la nouvelle génération comme Camille et Son Lux, mais aussi de l’ancienne avec Eddy Mitchell et Etienne Daho. Des titres reliftés, remaniés mais jamais triturés.

Christophe
© D.R.

Des morceaux qui vivent une seconde jeunesse et qui dans certains cas se baignent d’Auto-tune. C’est notamment le cas sur le titre "Succès fou" en duo avec les rappeurs et compositeurs Nusky et Vaati, difficile à approcher à la première écoute. Et puis aux écoutes suivantes, la magie opère, parce que c’est Christophe et que l’on peut lui faire confiance. Parfaitement moderne, dans l’ère du temps. L’utilisation du logiciel rend la chanson planante, vibrante. Il s’agit certainement du morceau qui risque de dérouter le plus les fans et puristes de Christophe. Placé en premier sur la tracklist, il serait certainement dommage d’arrêter la découverte de ces nouvelles versions après la lecture de ce morceau.

Au risque de diviser

Certaines chansons sont méconnaissables, comme "Señorita", en featuring avec Sébastien Tellier. Le titre original a perdu sa rythmique enjouée pour une mélodie nostalgique. Un duo qui fonctionne à merveille, tout comme avec Etienne Daho sur "Petit gars". À noter également la très belle réinterprétation de "La Man" avec des beats électro et la participation de Yasmine Hamdan, chanteuse libanaise qui a notamment fait partie du groupe Soapkills, qui dépayse et enivre. La reprise de "Les Mots Bleus" avec Son Lux est par contre un poil décevante, tout comme celle de "Un Peu Menteur" en duo avec Raphaël, légèrement en dessous du reste de l’album. Christophe Etc. nous transporte dans nos souvenirs, casse nos préjugés et soulève nos sens. Un album qui divisera probablement, mais qui délivre douceurs et nouveautés.