Avec Perfect Illusion, la diva extravagante (d)étonne avec ses sonorités eigthies.

"C’est de l’ecstasy moderne", a déclaré Lady Gaga qui dévoile aussi un extrait de son clip sur Twitter. "J’ai un pic d’adrénaline à chaque fois que je l’écoute." Entre Le Grand Retour surprenant d’Alain Chamfort et le vibrant hommage de Véronique Sanson à sa mère (Et je l’appelle encore), ce vendredi rimait avec sorties de singles très attendus et qui annoncent des albums dans les mois à venir.

À commencer par Lady Gaga, donc. Deux ans que la chanteuse américaine n’avait plus sorti de single. La diva ayant, entre-temps, sorti un album duo avec le mythique crooner Tonny Bennett (le jazzy Cheek to Cheek en 2014) avant de s’essayer au petit écran dans American Horror Story. Rôle avide de sang et de sexe pour lequel l’artiste de 30 ans avait décroché un Golden Globe. Place donc, depuis hier, à sa Perfect Illusion, premier single de son cinquième album studio dont le titre est encore inconnu. Toujours aussi pop mais plus électro avec cette guitare électrique qui riffe d’entrée, on ressent la patte du DJ britannique derrière ce premier extrait branché amour. À savoir Mark Ronson (auteur du Uptown Funk avec Bruno Mars ou encore Back to Black pour Amy Winehouse) qui a coécrit ce nouvel album avec Kevin Parker de Tame Impala.

Mélange de rock et de dance, Lady Gaga revient donc changée trois ans après le mitigé Artpop. Sous ses airs de rétro eighties à la What a Feeling du film Flash-dance ("Ce n’était pas de l’amour, ce n’était pas de l’amour, c’était une parfaite illusion"), Perfect Illusion semble avoir été inspiré par sa relation ratée avec Taylor Kinney. Pour une lady, encore gaga de son ex ?