Ce n’est pas un featuring mais ça reste un moment des plus improbables. Si vous avez l’oreille fine et un peu (beaucoup !) de temps à passer sur la chose, faites comme Yard, média spécialisé dans les contenus culturels. Il a épluché en profondeur Exodus, l’album posthume de DMX paru le 28 mai dernier, moins de deux mois après la disparition du rappeur. Vous y croiserez les voix de Snoop Dogg, Jay-Z, Lil Wayne, Moneybagg Yo et Bono. Mais aussi... Chantal Goya !

Vous ne rêvez pas, on entend bien l’idole des enfants sur un des titres du rappeur américain. Qu’est-elle donc allée faire dans cette “galère” ?

En réalité, DMX a samplé une des chansons de la Française, “J’ai le cœur en joie, j’ai le cœur en peine”. Elle date de 1967, soit avant que la Chantal Goya ne triomphe avec “Voulez-vous danser grand-mère ?”, “Un lapin”, etc. À l’époque, ce sont plutôt des disques yé-yé qu’elle proposait. Elle figure d’ailleurs sur la photo du siècle de Jean-Marie Perrier, celle sur laquelle toutes les stars des yé-yé apparaissent, de Sylvie Vartan à Johnny en passant par Salvatore Adamo.


Dès les premières mesures de “Money Money Money”, qui n’a rien à voir avec la chanson d’Abba, entre le flow de DMX clamant combien il a gagné d’argent en partant de rien, se glisse la voix de Chantal Goya qui dit : “J’ai le cœur en peine”. Contacté par Yard, le producteur Swizz Beatz, proche du rappeur, raconte qu’ils n’avaient pas la moindre idée sur la signification des paroles chantées par Chantal Goya. “C'était juste un sample, ça m'a rappelé 'Stop Being Greedy' et c'est un son sur lequel X était très bon. C'est pour ça que j'ai pensé que c'était parfait. C’est dingue, je pensais que ça voulait dire : ‘Je rembourse le diable’, c’est vraiment fou !”, a-t-il réagi une fois mis au courant.


Plus que la seule voix de Chantal Goya, c'est même la trame mélodique de la chanson qui sert de base au titre de DMX, avec ses violoncelles et son riff dont le son ressemble à celui d'un clavecin. Pour ceux qui en douteraient, un coup d'oeil dans les crédits de l'album  Exodus lève tout soupçon. Jean-Jacques Debout, l'auteur de la chanson de Chantal Goya, est bien crédité. 


Comme le rappelle aussi le site purepeople.com, Chantal Goya a déjà tâté du rap auparavant. Récemment même, puisqu’elle s’est frottée à Gims sur une reprise de son “Lapin” en décembre 2020. “Elle était dedans, elle avait le flow, elle avait la technique. Bravo”, lui avait-il adressé.