Patrick Juvet sera de retour sur le dance floor

Envoyée spécialeen Franceisabelle monnart


LILLE A franchement parler, il n'était pas très chaud, au départ, Patrick Juvet, quand on lui a proposé de rejoindre la troupe d'Âge tendre et têtes de bois. "Tout simplement parce que ce n'était pas mon époque" , dit-il d'une voix douce et dans laquelle, malgré les années, traîne toujours un fond d'accent vaudois. "J'écoutais ces gens-là, Frank Alamo, Daniel Gérard, quand j'étais à l'école... Je suis l'un des plus jeunes de la troupe et pourtant, je vais avoir 58 ans ." Pendant deux mois, pourtant, à la fin de la deuxième saison, il remplace au pied levé Richard Anthony, hospitalisé. Mais l'expérience le frustre un peu : par manque de temps, il n'a pas l'occasion de répéter avec les musiciens et se voit contraint de chanter sur bandes. "Du coup, je ne peux pas interagir avec le public. En même temps - je vous dois la vérité - je n'avais plus chanté en live depuis 25 ans. Je pensais que ce serait difficile, mais ça a été une bonne école, de recommencer comme ça ."

Puisque le spectacle marche de mieux en mieux, Patrick Juvet se prend au jeu. "C'est chou : je rentre en scène et le public chante déjà ." Mais surtout, cela lui a redonné le goût des planches. À tel point qu'il travaille d'arrache-pied sur de nouveaux titres. "J'ai un vrai plan de carrière maintenant. À mon âge, je commence à être sérieux ", rigole-t-il. "Blague à part, j'ai pas mal bossé ces derniers temps, j'ai écrit pour Hélène Ségara, en ce moment, j'écris pour Marc Lavoine qui va enregistrer son nouvel album cet été. Christophe Willem vient de sortir son DVD avec Où sont les femmes : il se passe plein de choses que je n'attendais pas. Du coup, j'ai beaucoup de travail. "

Et notamment sur cette tournée de soixante dates qui les mènera même en bateau puisqu'une croisière Âge tendre et têtes de bois emmènera une trentaine d'artistes - et bien sûr tous leurs fans - sur les flots bleus de la Méditerranée en décembre. "J'ai choisi moi-même les titres, en accord avec la production" , dit-il. "J'ai mis un pot-pourri au début, avec les chansons à minettes. Puis quelques titres romantiques. Et enfin, un peu des années disco. Mais malgré ça, il y a toujours des gens qui viennent me voir après pour déplorer que je n'aie pas chanté tel ou tel titre."

Ce à quoi il va, il l'espère, pouvoir remédier en remontant sur scène avec un spectacle à lui, d'ici peu. Car les projets ne manquent pas dans la tête de Patrick Juvet. À commencer par celui qu'il fomente avec Bob Sinclar et qui le verrait se lancer, encore, dans un nouveau genre : dance floor façon Madonna. Les deux hommes se sont rencontrés à Genève, au hasard d'une soirée années 80. "C'est lui qui m'a proposé qu'on fasse un truc ensemble, moi, je n'osais pas, je me trouvais un peu trop ringard. Récemment, il a fait ce genre d'arrangement pour Madonna, c'était un fameux test. En tout cas, ça m'a mis un sacré coup de jeune. On devrait enregistrer un titre cet été. Pas un remix, attention. Mais un morceau qui cartonnera et qui me permettra de revenir dans mes délires à moi... "



© La Dernière Heure 2008