Musique Il y a un an, déjà, Renaud se réjouissait de jouer aux Francofolies de Spa qui débutent ce jeudi.

Outre les têtes d’affiche Michel Sardou (aujourd’hui), Loïc Nottet (samedi) et Patricia Kaas (dimanche), celui que tout le monde attend avec impatiente ce vendredi dans la cité thermale n’est autre que Renaud.

"Je connais votre pays depuis bien avant d’être chanteur, nous confiait, il y a un peu plus d’un an, le Phénix qui a enregistré son dernier album à Bruxelles. En 72, j’ai rencontré une famille belge sur l’île grecque de Patmos, un village de pêcheurs devenu le paradis des night-clubs. Ce sont les premiers à m’avoir emmené en Belgique, j’adore les gens tellement ils sont gentils et plus fraternels qu’en France. Bizarrement, j’ai connu plus de succès et attiré plus de monde à Bruxelles, Charleroi et Mons qu’à Paris, Marseille ou Toulouse. Ce sont des gamins touchés par des chansons un peu gamines."

Notre pays, son sauveur

La Belgique l’aurait même sorti de ses vieux démons d’alcool. "Mon dernier séjour passé chez vous en clinique, durant environ quinze jours avec un personnel hospitalier qui mériterait un prix Nobel de la paix, m’a remis sur pied, racontait, encore ému, l’interprète de Toujours debout. Ils m’ont fait arrêter de boire. Un addictologue a vu que j’avais mon taux de potassium dans les choux et que je risquais du jour au lendemain un malaise cardiaque… Et moi, j’ai envie de tout sauf de mourir. J’ai arrêté, j’ai été mis sous perfusion de potassium et au bout de quatre jours, j’étais reparti. J’en ai profité pour faire un check-up complet de la tête aux pieds, poumons y compris, vu que je fume beaucoup. Tout est intact, j’ai un cœur de jeune homme comme m’a dit le cardiologue (sourires) . Ils m’ont sauvé la vie !"

Celui qui a fait un triomphe à trois reprises à Forest National dernièrement - avec une voix qui tenait assez bien la route et une scénographie faite d’images de Paris en 3D - se réjouit donc de revenir encore fouler les terres spadoises - il était déjà venu en 1996 - en ce jour de fête nationale. "Je ne compte plus les jours mais les mois qui me séparent de l’alcool et de l’enfer, concluait le chanteur anciennement énervé de 65 ans. Remonter sur scène ? Même pas peur ! J’ai hâte d’y retourner, je me régale avec I Muvrini et son public fraternel. Mais j’ai surtout hâte de vous retrouver à Forest National (ce qui est fait, NdlR) et au festival de Spa ! L’accueil y est toujours chaleureux."

Increvable, Renaud ? " Aujourd’hui, je carbure à l’eau et au coca zéro. Mais on m’aurait dit il y a trente ans que je serais encore là aujourd’hui, je n’y aurais jamais cru." A 65 ans, l’interprète de Mistral gagnant ne fait donc aucun doute sur son retour gagnant.

Les Francofolies se tiennent du 20 au 23 juillet à Spa. Infos et réservations sur www.francofolies.be.