Musique Après un an d’absence, le chanteur est de retour avec Pyramide, un album dans lequel il évoque sa compagne mannequin.

"Pendant un an, j’ai pris mes distances, plus pour moi que par rapport aux médias…, confesse M. Pokora dans les coulisses de The Voice Belgique, ce mardi après midi. Après toute cette effervescence où j’ai enchaîné tournées sur albums et où je sortais de deux ans de The Voice Kids et The Voice , j’avais besoin de me retrouver. Car après avoir défendu les titres d’un autre artiste ( Claude François avec son album My Way , NdlR) pendant un an et demi…, au bout d’un moment, on se dit : et moi maintenant ? Que reste-t-il de moi ? Il faut donc prendre le temps de digérer le succès de cet album-là, se remettre en question. Et comment revenir ? Avec mes chansons originales."

Pyramide serait la métaphore d’un artiste au sommet qui a peur de retomber ?

"Ce n’est pas vraiment cette crainte-là mais il est sûr que ce huitième disque a à voir avec le renouveau. Une pyramide, c’est un tombeau. Donc c’est la vie d’après, une forme de renaissance. Et Pyramide correspond un peu à une renaissance artistique où, après avoir relevé pas mal de défis très différents les uns des autres - que ce soit Robin des bois ou My Way quelques années après - il était important pour moi de me retrouver musicalement. Ce n’est pas un nouveau M Pokora, c’est simplement mon ADN avec ce son urbain un peu pop et R’N’B. Je reviens à mes premières amours et ça fait du bien !"

Avez-vous peur de l’échec après les critiques sur vos reprises de Cloclo ?

"(...)