"Il est temps pour moi de vous rassurer, nous confie Daddy K qui avait publié cette nuit une photo de lui avec inscrit en légende “RIP 1968-2020, repose en paix l’artiste”. Je ne suis pas mort… pas encore du moins. Ce post choc étant destiné à nos dirigeants qui nous laissent mourir peu à peu, nous les artistes, nous les gens de l’événementiel, en nous empêchant tout simplement de faire notre métier.”


L'annonce de la mort de la star des platines made in Belgium, suivie par plus de 106.000 abonnés sur Instagram a fait l’effet d’une bombe ce matin sur les réseaux sociaux. Daddy K ayant reçu des messages du monde entier. Et en profite pour pousser un coup de gueule. “Il y a tellement d’incohérence dans les décisions gouvernementales, poursuit l’ancien membre de Benny B. On nous interdit tout alors que dans les pays voisins on autorise… C’est complètement fou ce qui se passe. Alors, oui, la sécurité avant tout et je peux le comprendre. Mais alors que notre bien aimé gouvernement puisse nous octroyer de vraies aides et de vraies indemnités comme ils l’ont fait pour les autres secteurs. Des milliers de personnes issues des milieux de l’événementiel souffrent de cette situation, des milliers d’artistes dj/chanteurs/peintres/comédiens souffrent de cette situation.” Et Daddy K, bien connu aussi des auditeurs de Radio Contact, va encore plus loin dans sa réflexion. “Ça touche du plus petit d’entre nous au plus grand et je ne parle pas que de finances mais aussi psychologiquement parlant.”

"Je suis au bord de la faillite mais d'autres ont déjà déposé le bilan"

Joint par téléphone, Daddy K rappelle que de nombreux deejay’s arrêtent leur métier, que de jeunes débutants perdent espoir faute d’avenir dans le milieu, que des clubs ferment ou que certains dj se voient dans l’obligation de déposer le bilan. “Ma propre société d’événementiel, faute de travail depuis début mars, est elle aussi au bord de la faillite, souligne l’artiste de 52 ans. Si rien ne change demain, on va tous mourir ! J’ai beau être numéro 1 des ventes avec mon nouvel album, chaque artiste belge sait pertinemment que ce n’est pas cela qui nous fait vivre. Mais bien de performer !”

Surtout que depuis quelques mois, Facebook a annoncé qu’il allait interdire les livestreams de dj’s en raison des droits d’auteur. “On essaye de trouver des solutions et de se réinventer car Twitch a aussi emboîté le pas, déplore-t-il. On nous tue à petit feu. Les aides sont même différentes entre Bruxelles, le nord et le sud du pays. La Belgique ne peut pas se mettre d’accord sur une aide globale pour le pays ? Non, il faut encore qu’on se complique la vie.”

"Un cri d'alerte pour ne pas être oublié"

Avant de conclure par ces mots forts. “Nous avons beau manifester pacifiquement ou pas, rien ne change. Alors ce post était pour moi un cri d’alerte, un au secours pour ne pas être oublié… nos métiers comptent comme tous les métiers. Et j’espère sincèrement que notre gouvernement en prendra conscience et nous aidera à notre juste valeur.”

Si certains internautes avaient compris le message derrière ce post nécrologique (“ Il n’est pas mort c’est le métier d’artiste qui est mort à cause de ce qui se passe”), Daddy K tient aussi à s’excuser. “ Je tiens évidemment à m’excuser auprès des gens qui ont eu vraiment peur en voyant mon post mais je sais comme moi que vous avez compris que l’heure est grave pour nous les artistes et je sais que je pourrai compter sur le soutien du public comme toujours. Je ne suis pas encore mort mais chaque jour je meurs un petit peu plus. Ne nous oubliez pas. Vous me manquez.” 
D’autant plus que 2021 ne s’annonce pas sur de meilleurs auspices pour le monde de la nuit…