Musique Étienne Vion a lancé Rolling The Stones en février 2017. Depuis le groupe essaie de trouver son chemin dans l’univers belge des cover bands et tribute acts.

S’il s’était égaré un samedi soir du mois de novembre du côté du Rideau Rouge à Lasne, un dyslexique aurait pu avoir un doute : mais que pouvaient bien faire The Rolling Stones dans cette salle du Brabant Wallon, à animer les cinquante ans d’un club de foot ? Une apparition surprise comme l’avait fait Paul McCartney dans un pub de Liverpool lors du tournage d’une émission de James Corden ou un petit concert privé dans le style de Prince avant un passage dans une salle "conventionnelle" ?

À y regarder de plus près, notre ami dyslexique aurait quand même débusqué le lièvre. Si Rolling The Stones peut tromper avec son nom (on vous rassure, ce n’est pas l’ambition) et si les tubes du groupe anglais sont parfaitement exécutés, l’apparence physique des artistes ne prête pas à confusion.

"Cela fait 42 ou 43 ans que je monte sur scène pour chanter", raconte Etienne Vion, le Mick Jagger de Rolling The Stones. "Avec ma dégaine, on m’a souvent dit que je ressemblais à Iggy Pop - je finis souvent torse nu - ou à Mick Jagger. Si je mets des vêtements un peu bariolés et que j’ai coupé les cheveux qui étaient très longs, je ne pousse pas le vice à ressembler point pour point au vrai chanteur des Stones.(...)