"On ne change pas une équipe qui gagne sauf quand elle perd", balance ainsi Damso dans le titre "Vivre un peu". Une punchline bien connue et tout aussi bien sentie qui fait directement référence à un autre son de QALF Infinity qui évoque sa mésaventure avec notre équipe nationale de football. 

Entre des percussions et une choriste, "Passion" retransmet un extrait radio qui rappelle la polémique sexiste autour de son hymne "Humains" qu’il avait composé pour nos Diables rouges avant le Mondial 2018. Suivi de punchlines qui en disent long sur ce qu’il pense de tout ce ramdam. "Quand t’arrives au sommet, tu t’aperçois qu’en bas ce n’est juste qu’un trou noir mais coloré." 

S’il chante qu’il "faut bien que je crache ma haine", Damso rappelle surtout que quand il était "à la rue", il était "enfermé sur (lui)-même" et qu’il n’avait même "pas de cash pour les transports en commun". "Ce texte va être compliqué car je vis des trucs compliqués et je rappe pour l’expliquer." De l’encre a pourtant coulé sur son dos. Quand on est une star, "on scrute ton moindre geste" relativise le rappeur qui conclut par ces mots : "Plus j’avance dans le rang social, plus je recule dans la vie sociale."