Un DVD pour mieux comprendre Radio Soulwax

BRUXELLES Pour expliquer la différence à une journaliste mexicaine entre Soulwax, 2 Many Dj's et Radio Soulwax, Stef Dewaele prend une grande inspiration : "Dans 2 Many dj's, il y a Dave, mon frère et moi aux platines et on passe la musique des autres. Soulwax, c'est un groupe rock qui comprend mon frère Dave de nouveau, moi-même, Steve à la batterie et Stefaan notre bassiste. Et dans l'album Nite Versions, Soulwax remixe ses propres morceaux et les joue en concert. Et on a eu l'idée de faire une soirée appelée Radio Soulwax. On a tout mélangé. On s'y perd."

Et le Gantois n'est pas le seul. En fait, les choses, comme toujours sont venues naturellement. Après avoir été bookés avec des gens comme Tiga, James Murphy ou Justice, les deux frères ont décidé de tourner ensemble. Et cela donne des nuits folles qui sont transmises sur un DVD où on retrouve un documentaire filmé par Saam Farahmand, des extraits live et plusieurs bonus que les fans adoreront.

"À la base, Dave et moi nous n'aimions pas l'idée d'avoir une caméra qui nous suit en permanence (NdlR : en fait le réalisateur, pendant 18 mois, est venu de temps en temps) mais au fur et à mesure nous avons oublié sa présence."

Les deux Belges n'ont pas pour autant voulu tout dévoiler : "C'est clair que vu qu'on était là pour le montage, nous n'avons pas montré certaines choses, explique David. Nous n'avons pas l'impression de nous mettre à nu, on a gardé une balance. Généralement, je n'aime pas quand les groupes montrent trop. C'est une vague très populaire qui veut qu'on doit savoir tout d'un artiste. La vérité est beaucoup plus complexe. Dans le film, on garde un peu le mythe. Et je préfère ça. Ce n'est pas très intéressant ce qui se passe entre nous. Même pour nous."

N'allez pas croire pour autant que les deux gaillards se la jouent. "C'est intéressant sur ce DVD de voir la folie du public. Si j'avais été le réalisateur dès le début, j'aurais beaucoup plus suivi les gens, parce que les fans sont un peu bizarres."

Le DVD ne montre pas que le côté glamour de soirées interminables. "D'habitude, on voit soit des choses très sérieuses, allemandes, tournées sur le monde electro soit des choses où tout est beau, les filles sont en bikini... On a voulu montrer une autre réalité."

Sans fards pour autant : "Quand vous descendez de scène, vous arrivez sur une autre planète, vous voyez des gens dévastés. Nous, on ne prend pas de drogues mais on commence à se poser la question. Faut-il en prendre pour nous écouter ? Mais je pense que c'est partout, au concert de Motorhead, les gens sont bourrés ou sous speed mais c'est une autre drogue. Les gens vont à un concert ou vont danser pour s'éclater."

Radio Soulwax, Part of the Weekend Never Dies (PiaS)



© La Dernière Heure 2008