Derrière Stromae, il y a Paul. La productrice exécutive de ses séquences vidéos nous dresse son portrait…

MusicLive: le blog musique de la DH

BRUXELLES

Rachel Lecomte est jeune et dynamique. Derrière son sourire se cache une vraie professionnelle. En effet, elle est la productrice exécutive des séquences vidéos de Stromae. En tournage au Cinquantenaire, au milieu de centaines de figurants, Rachel prend quelques minutes pour aborder avec nous l’artiste avec qui elle travaille…

Qu’est-ce qui vous plaît en lui ? “À la fois la complexité. C’est un artiste assez complexe mais aussi assez complet.” Quel avenir lui prédisez-vous ? “Un grand avenir et pas seulement dans la musique ! Il a beaucoup, beaucoup de choses à raconter et je pense que ça va aller au-delà de la musique.”

Où et comment le voyez-vous dans dix ans ? “Ouhlà… (Rires). Je le vois dans des projets personnels, toujours. Je le vois dans l’interprétation. Peut-être voire même au cinéma. Je pense que c’est quelqu’un qui a beaucoup de richesses en lui qui peuvent l’emmener très très loin !”

Comment réagit-il au succès ?

“C’est assez épatant. J’aime beaucoup l’humilité de Paul et j’aime beaucoup travailler avec lui d’ailleurs. C’est quelqu’un qui ne décolle pas du sol. Il reste bien sur Terre. Il a bien la tête sur les épaules. Et il reste surtout très accessible, même si pour lui c’est difficile. Dès qu’il peut, il est là. Et travailler avec lui, c’est un vrai plaisir. Il ne se laisse pas dépasser par ça ! Au contraire, malgré cette notoriété, malgré ce succès, le but de Paul, ce n’est pas d’être une star, c’est de faire ce qu’il aime. C’est vraiment un artiste à du 300 %. C’est ça qui me plaît. Il est à fond dans son truc et c’est vraiment très gai ! C’est un vrai passionné qui a beaucoup de choses à raconter !”


En privé, il a aussi le look premier de classe ? “(Rires !) Oui, je pense que c’est quelqu’un qui est assez simple. Il ne joue pas des personnages. Il est tel qu’il est que ce soit dans la vie ou dans le milieu musical ou même dans la réalisation. Oui, il ne change pas de look. C’est le même. C’est ça aussi qui est chouette : il n’y a aucune imprévisibilité. Ce n’est pas quelqu’un d’instable. Au contraire, c’est quelqu’un de constant mais passionné !” Niveau boulot, comment est Paul ?

“Il va adorer ! Niveau boulot, j’ai presque envie de dire qu’il est juste


omme il faut. C’est-à-dire ni trop, ni trop peu. Parfois, il faut aller le chercher mais ça, c’est à cause d’un planning très chargé. À sa décharge, on le sait tous ! C’est quelqu’un qui est à la fois à l’écoute et en même temps, il a des choses à proposer ! C’est toujours la même chose mais c’est agréable de travailler avec lui.”

Est-il anxieux ? “Il peut l’être, oui ! Il peut être très très anxieux. Ça dépend de beaucoup de choses : de la situation, des rencontres, de l’entourage, aussi. Il est bien entouré. J’aime beaucoup les personnes qui l’entourent. Il peut être anxieux mais il peut être rassuré assez vite, aussi.”
A-t-il un gros défaut ?

“Je ne le connais pas assez pour dire son gros défaut dans l’intimité (Rires). Dans le travail, il en a un : c’est un très très grand retardataire. En général, il ne le sait pas mais je change les heures pour qu’il soit à l’heure (rires). Mais il parvient quand même à être en retard !”

Qu’est-ce qui lui donne la banane ? “Sa passion ! Son engouement pour les choses : son envie de faire, son envie d’avancer, son envie de raconter… C’est quelqu’un qui a envie de foncer, d’avancer, avec réflexion. La banane, c’est ça : c’est cette motivation, cet enthousiasme qu’il a tout le temps… C’est pour ça que j’enchaîne avec lui le tournage des clips parce qu’il n’a jamais envie d’arrêter. Et ça me plaît !”

A contrario, qu’est-ce qui lui donne le cafard ?

“Je ne suis pas assez dans son intimité pour y répondre… Mais je pense que ce qui lui donnerait le cafard, c’est justement l’anxiété. En tout cas dans le travail. Je pense que quelque chose qui pourrait vraiment frustrer Paul c’est qu’il ait une envie très profonde de faire quelque chose en musique ou dans un clip et que ce ne soit pas possible. Je pense que son plus grand cafard ce serait de ne pas toujours pouvoir combler sa passion.” Un conseil à lui donner ?

“Ne change pas !”

© La Dernière Heure 2010