Malgré une fracture du 5e métatarse, Paulo prend son pied au Palais 12 avec son public belge.

"C'était super, j'ai adoré!" pouvait-on entendre à la sortie du Palais 12 de Bruxelles, ce jeudi soir. "J'ai même vu une petite fille, en pyjama, sur les épaules de son père durant tout le show. Un peu violent pour les enfants mais trop mignon." En effet, la force de Stromae est de brasser un nombre incroyable de générations différentes. La preuve une fois de plus dans cette salle de la capitale noire (jaune et rouge) de monde pour acclamer l'idole du plat pays. La fête était totale et il remet cela ce soir et dimanche, toujours aussi archi sold out.

Réglé comme du papier à musique, son spectacle était "formidable" de l'aveu de tous. Augmenté d'un triple écran géant au plafond, le concert -comparé à ses précédentes prestations à l'AB ou Forest National- se différencie par des effets spéciaux plus prononcés (mention spéciale à son impressionnante armée de clones). Faisant de chacun de ses titres (de Bâtard à Papaoutai en passant par Peace or Violence, Te quiero ou encore Ave cesaria) un tube. Même sa longue liste chantante de remerciements se transformait en hit improvisé.


Un show pied au plancher

Mais la star inattendue de la soirée était sans conteste... sa fracture du 5e métatarse qu'il exhibe, rieur et via sa propre radiographie (tel un piédestal), sur grand écran. "Mon pied va mieux, rassure-t-il, même si mon docteur me conseille de ne pas danser pendant un mois. Mais toi, public, tu peux!"

Ni une ni deux, la foule (Tous les mêmes!) s'est trémoussée avec joie sur un sautillant medley disco d'Alors on danse, a savouré un a capella sur Tous les mêmes et a chanté sur cette Formi-diable chanson de Paul van Haver, Ta Fête. "Je ne vais pas vous cacher que ça fait du bien d'être à la maison", confie le local de l'étape, ce ketje de Bruxelles étant originaire du "Métro Bockstael" plaisante-t-il, ou plus précisément de la commune de Laeken, juste à cote du Palais 12. Ce qui permet au dandy d'assumer ses sempiternelles "blagues pourries" durant plus de 2h de concert ou de se mettre des coton tiges, en live, dans les oreilles ("Je transpire beaucoup, du coup, ça me les bouche").

Souvent drôle, ses traits tirés trahissaient toutefois une tournée -d'un an maintenant- fatigante pour le chanteur de (Tu n'as pas) Sommeil.

"Il est vraiment balèze, nous susurre un autre chanteur bruxellois, Jali, présent dans la salle. Avec cette scène qu'on dirait tout droite sortie des States! C'est très carré." Et on dirait même un peu plus que le futur coach de The Voice Belgique: c'était très "Racine carré"!