Mike Brant se décline en poster, en cartes postales et en musique, évidemment

BRUXELLES Il avait 28 ans à peine quand, le 25 avril 1975, Mike Brant décidait de mettre fin à ses jours, en se défenestrant du 6, rue Erlanger, à Paris. Pour l'heure, donc, point de triste anniversaire à célébrer et ce n'est, du coup, pas par pur opportunisme que sort ce coffret qui ravira les fans et les collectionneurs. Mike Brant, Love, c'est le nom de ce bel objet qui regroupe, sur deux CD, les principaux titres du chanteur, né Moshé Brand, à Chypre, le 2 février 1947.

Y figurent tous ses tubes : Laisse-moi t'aimer, Qui saura, C'est ma prière, Rien qu'une larme . Vingt titres sur la première galette. Et vingt autres sur la seconde, qui de Tout donné, tout repris à Elle a gardé ses yeux d'enfants , propose aussi un voyage en langue étrangère. Mike y chante en allemand (C'est comme ça que je t'aime ), reprend My Way (version live) ou Cuore di bambina .

Mais dans cette belle boîte violette se cachent encore d'autres trésors. Un livret biographique, avec les plus belles photos de l'artiste, entouré de ses parents, ou enfant, sur les bancs de l'école. Un poster - façon Salut les copains - y est plié et des cartes postales et enveloppes invitent à la correspondance. On doute, toutefois, que les collectionneurs se séparent des photos qui dorment dans ce coffret. Enfin, un cadre (un peu cheap, il faut l'avouer) complète ce collector qui, on le répète, sort juste pour le plaisir...

Mike Brant, Love, EMI.



© La Dernière Heure 2008