Pas de chorégraphies ni de costumes farfelus pour cette sixième tournée

BRUXELLES Après avoir squatté durant quatre mois les écrans de télévision, les élèves de la Star Academy 6, Ludovic, Dominique, Jean-Charles, Marina, Cyril, Cynthia et Brice, ont pris possession, mercredi soir, de la scène de Forest National.

Et pour la première fois en six ans, le public a eu droit à un véritable concert. Au diable les chorégraphies de Kamel Ouali, les élèves sont devenus des chanteurs. Leur spectacle n'est plus la continuité des prime times, ni une comédie musicale bien rythmée à laquelle on était jusqu'alors habitué.

Même si les moyens techniques auraient pu être plus importants - le décor était un petit peu trop minimaliste pour garder le côté magie du concept -, les strass et les paillettes se sont retrouvés relégués au fond d'un placard.

Cette sixième tournée rompt décidément avec toutes les précédentes. Les solos, boudés les années passées, se sont retrouvés stars de la soirée. Chacun a alors pu montrer l'étendue de son talent et profiter d'un joli moment de gloire.

La véritable star de la soirée était sans aucune hésitation la pétillante Dominique. Seule Belge de toute la promotion, elle avait un public déjà tout acquis à sa cause. Bluffante sur scène, comme lors de son duo avec Brice sur The scientist de Coldplay, Dominique a montré, une fois encore, qu'elle était une artiste à part entière.

Le registre des chansons a lui aussi changé. Aux oubliettes les reprises de Lorie, Jenifer ou autres tubes de l'été. Jean-Jacques Goldman était mis à l'honneur avec trois chansons : On ira, repris en choeur par les spectateurs, J'irai où tu iras et Quand la musique est bonne.

Il y a eu aussi le traditionnel, mais toujours très plaisant, Être à la hauteur, la parfaite interprétation de Jean-Charles sur Ne partons pas fâchés, le sulfureux déhanchement de Ludo sur U remind me e t le marrant guitare-voix de Marina avec Mon Coeur, mon amour.



© La Dernière Heure 2007