Elbow a décidé de dédicacer The Seldom Seen Kid à Bryan Glancy

BRUXELLES Quand on lui suggère que The Seldom Seen Kid est un album fait par des amis, avec des amis (notamment Richard Hawley qui forme un duo avec Guy Carvey sur The Fix ) pour un ami (en hommage à Bryan Glancy, décédé), le chanteur d'Elbow s'exclame que c'est exactement ça. Mais bien sûr pas seulement ça. Dans la lignée de Leaders of the Free World , cet enfant rarement vu témoigne du talent du groupe de Manchester. Toutefois, et cela devient une habitude, The Seldom Seen Kid a probablement besoin de plusieurs écoutes pour que l'auditeur plonge complètement dans le monde d'Elbow, soit imprégné de ses superbes mélodies, de ses harmoniques trouvailles qui donnent une approche novatrice à ces Anglais.

"Nous sommes un groupe d'albums " reconnaît Guy Garvey, le chanteur. "Nous voulons d'abord être de bons musiciens. On n'essaie pas de découper cet album en petites parties. C'est comme demander à un romancier d'écrire des nouvelles. C'est un art différent."

Si le troisième album marquait une rupture avec les deux précédents, celui est cohérent avec son prédécesseur (Guy Garvey ignore quelle couleur aura le cinquième, lui qui travaille actuellement sur le nouvel album de Massive Attack) si ce n'est au niveau des paroles qui sont, malgré tout, toujours aussi fouillées. Mais de politiques, elles sont devenues plus personnelles. "Ce sont surtout deux chansons qui ont orienté le thème de l'album précédent. Il était important à ce moment-là d'exprimer notre opinion. Quand il y a une urgence comme c'est le cas pour le moment, quand des gens si mauvais sont au pouvoir, quand il y a tant de corruption qui contrôle le monde entier, il est important pour les professeurs, les balayeurs, tout le monde, ce inclus les musiciens, de se faire entendre. Je n'attends pas que la musique change le monde, je veux juste livrer mes sentiments. La situation n'est pas meilleure maintenant mais si j'ai chanté des trucs politiques, c'est parce que j'y pensais à ce moment-là. Cette fois-ci, j'ai pris plus de plaisir que sur les autres albums pour écrire les paroles. Au lieu d'écrire sur des choses qui me sont arrivées, j'ai inventé un personnage. Au niveau des chansons elles-mêmes, j'ai changé de songwritting qui est devenu plus traditionnel. Les deux premiers albums étaient très expérimentaux, très organiques. Il n'y avait pas beaucoup de réflexion sur la structure des chansons. Il était très libre, on allait où on le sentait."

L'album est dédié à Bryan Glancy. "Nous l'avons commencé avant qu'il ne meure et fini une année après qu'il soit mort. C'est un chanteur- parolier de Manchester. Un grand homme. C'était quelqu'un de fascinant. Il était très aimé, très aimant. Il a rencontré beaucoup de gens. Il a été témoin à sept mariages de gens différents. C'était quelqu'un de très populaire. Mais il était maniaco-dépressif. J'espère qu'un album de ce qu'il a fait sortira. Sa mort m'a mis en face de mon âge, j'ai réévalué ma vie, je me suis questionné sur tout. Mais c'est aussi une célébration de l'amitié et de l'amour. Je suis tombé amoureux pendant ces deux années. Ou plutôt je suis retombé amoureux. Une vieille relation s'est réenflammée. Dans certains sens, je suis plus heureux."

Elbow, The Seldom Seen Kid (Polydor)



© La Dernière Heure 2008