Musique

Ce n'est pourtant pas faute d'avoir fait tout ce qui est en son pouvoir - et face à ses fans, il est grand - pour dynamiser la salle du Palais 12 du Heysel, mais il aura fallu longtemps ( soit à mi-parcours l'hymne Désenchantée) avant que Mylène Farmer ne reçoive l'accueil qui lui est dû, à Bruxelles.

Faute à une nouvelle salle (tellement neuve que même les stewards ne savent pas où diriger le public...c'est dire!) dont la disposition ne convaint pas les habitués d'autres grands lieux d'événements? Pas faute, en tout cas, aux moyens techniques mis en oeuvre par l'icône rousse pour impressionner, une fois de plus son public. Un show de lumières et de décors (avec en fond un écran sans cesse alimenté) gigantesque et inventif, chorégraphies effectuées par des robots (non humains), Mylène et son équipe n'ont pas lésiné sur les effets pour emmener la salle dans une autre dimension. 

Quant au répertoire quasi inépuisable de la chanteuse, il s'exprime, trop souvent peut-être, sur ce Timeless 2013 Tour, via les deux derniers albums de l'artiste. Alors, quand résonnent les premières notes d'un classique tel que Je t'aime Mélancolie, on se réjouit de retrouver la Mylène des débuts. Qui garde des yeux d'enfant, tout du moins le sourire émerveillé, d'une artiste qui ferait ses premiers pas sur scène. Mais quand vient le temps de s'émouvoir jusqu'aux larmes avant ses duos avec Gary Jules (sur Mad World et Les Mots) , le professionnalisme d'un spectacle pensé et minuté dans les moindres détails reprend le dessus. Mais on pardonne tout à une idole telle que Mylène. Rendez-vous encore - pour un accueil plus chaleureux? - ces 15 et 16 novembre, au même endroit.