Une entreprise américaine a développé un équipement qui permet de faire la fête sans devoir respecter les mesures de distanciation sociale.

Depuis le début de la pandémie, concerts et festivals ne sont plus qu’un souvenir lointain. Si des événements commencent doucement à s’organiser en respectant les mesures de distanciation physique, l’entreprise américaine Production Club va encore plus loin. Afin de continuer à faire la fête sans risque de contamination et sans devoir respecter les 1m50 de sécurité, elle a développé un équipement de protection individuelle qui semble tout droit sorti d’un film de science-fiction.

La combinaison "Micrashell" au design futuriste protège tout en permettant de continuer de boire,de manger, de danser et même encore de vapoter à l’intérieur du casque ventilé. Celui-ci est également équipé de haut-parleurs. En plus de protéger les bras et les mains également, des lampes LED ont été installées sur l’équipement afin de permettre aux personnes de changer les couleurs selon leur humeur.


"Micrashell est né comme une solution socialement responsable pour permettre aux gens d'interagir en toute sécurité à proximité. Spécialement conçu pour répondre aux besoins des industries de la vie nocturne, des événements en direct et du divertissement, Micrashell est un équipement de protection individuelle (EPI) protégé contre les virus, facile à contrôler, amusant à porter, simple à désinfecter et rapide à déployer qui permet de socialiser sans distancer", peut-on lire sur leur site internet.

Pour le moment, ni le prix ni une date de commercialisation n’ont été annoncés. "Nous testons différents matériaux et composants et essayons de faire les choix les plus économiques sans sacrifier les éléments-clés du prototype", a indiqué au magazine Billboard Miguel Risueño, directeur de la création chez Production Club, qui travaille notamment sur des tournées d’artistes comme Skrillex. Leur ambition est de rendre disponible cette combinaison à différents promoteurs et organisateurs d’événements. Il reste cependant encore difficile de s’imaginer danser en discothèque ou en concert avec un tel accoutrement…