"Service minimum" déplore Vincent à la sortie du concert d'Avicii, hier soir. "Un bon moment mais ce n'est pas le concert de ma vie. Ca manquait de punch !" renchérit Juliette.

De passage à Anvers pour sa tournée mondiale True Tour, le dj suédois aura quelque peu déçu. La faute à un set beaucoup trop téléphoné. Une ouverture sur son nouveau morceau "Hey Brother" pour un final sur son tube planétaire "Wake me Up". Entre les deux, à part ses anciens hits "Levels" ou "Seek Bromance", ses platines ont eu du mal à s'enflammer pendant 2h non stop face aux 18.000 fans pourtant en transe rien qu'à l'idée de voir le 3e dj mondial (selon le classement du DJ Mag) à l'oeuvre. En effet, Avicii -de son vrai nom Tim Bergling et de son pseudo Tim Berg- est devenu en à peine 7 ans l'un des dj les plus influents au monde. A seulement 24 ans.

Entre basses tonitruantes à faire trembler les gradins aux stroboscopes éblouissants en passant par quelques ébauches pyrotechniques (de timides fumigènes, feu d'artifices ou confettis), Avicii semble avoir simplement rempli son cahier des charges. Ni plus, ni moins.

Casquette à la djeun cool vissée à l'envers sur sa tête mais trahi par un manque cruel de contact avec son public, le jeune blondinet s'est contenté -devant son écran géant- de lever le bras pour "Wake (me) Up" sa foule. Dans la furie Tomorrowland (on a d'ailleurs croisé l'un des organisateurs hier soir) ça passe. 

Ici, au sportpaleis, nettement moins. Reste que le suédois reste un dj bougrement talentueux. Qui ose sortir des sentiers battus avec des sons country mélangés avec de la folk et de l'électro. Rare pour un dj. Ce qui n'est sans doute pas adapté pour un set. A moins que mixer à plein tube son premier -et seul album, True- ne soit sans doute trop peu (10 titres) pour en faire un véritable concert.

Bref, pour beaucoup, le set du 3e meilleur dj de la planète s'est résumé à un: veni, vidi, Avicii.