Un chercheur du MIT a mis en partition le virus pour mieux l’étudier.

On voit à quoi il ressemble, on connait ses effets, on ressent ses conséquences, mais on ne imaginait pas encore quel son il pouvait bien avoir. Le chercheur en ingénierie au MIT (Massachusetts Institute of Technology), Markus H. Buehler, vient de publier la représentation musicale du coronavirus. Une mélodie douce et relaxante, bercée de harpe et de tintements de cloches, qui dure près de deux heures.


A l’aide d’une intelligence artificielle, le professeur a donc mis en musique les différentes structures des protéines qui composent le virus pour l’observer et l’étudier différemment. En effet, les protéines sont nanoscopiques, elles sont donc difficilement perceptibles, mais elles peuvent être audibles. "Nous pensons que l'analyse du son et de la musique peut nous aider à mieux comprendre le monde matériel. L'expression artistique n'est, après tout, qu'un modèle du monde en nous et autour de nous", explique-t-il. Cette prouesse scientifique permet notamment de découvrir des nouvelles manière de lutter de manière efficace contre le virus.