Eliot présente "Wake-up", le titre avec lequel il représentera la Belgique à l’Eurovision.

Remarqué dans The Voice Belgique l’année dernière, Eliot a été choisi pour représenter la Belgique à la 64 e édition de l’Eurovision à Tel Aviv, en Israël. Le 14 mai prochain, le Montois de 18 ans participera à la demi-finale avec "Wake-Up", un titre électro-pop, sorte d’appel adressé à la jeunesse pour qu’elle se réveille et lutte pour l’avenir de la planète. Celui-ci a été écrit et composé pour lui par Pierre Demoulin, qui avait notamment travaillé avec Blanche il y a deux ans. Si le morceau séduit le public, Eliot sera peut-être qualifié pour la finale du concours qui aura lieu le 18 mai prochain.

À deux mois de l’événement le plus suivi du monde entier sur le petit écran, le jeune homme nous livre ses impressions. "Je n’ai jamais suivi l’Eurovision et je n’ai jamais été baigné là-dedans non plus. Mes parents ne regardent pas. Mais, depuis que je sais que j’y participe, je m’y intéresse évidemment. Et c’est à ce moment-là que je me suis rendu compte de l’ampleur de l’événement", reconnaît celui qui a déjà reçu des conseils de Blanche, candidate belge et finaliste il y a deux ans. "Blanche m’a donné son point de vue et c’est très important parce qu’elle a vécu ça. Comme on a le même âge, on a la même manière de penser et de voir les choses. On est entourés d’adultes, donc c’est chouette d’avoir quelqu’un de mon âge à qui se référer."

Comment avez-vous été approché pour participer à l’Eurovision ?

"Quand j’ai été éliminé de The Voice Belgique , Pierre Demoulin m’a contacté et m’a proposé de travailler avec lui. C’est en travaillant avec moi qu’il a eu l’idée de faire une chanson pour l’Eurovision avec moi. J’ai accepté directement parce que c’était une porte ouverte sur plein de jolies choses. Je me disais que c’était vraiment bête de passer à côté de ça."

"Wake-up" est une chanson militante ?

"Je ne pense pas qu’elle le soit. Ce morceau incite à se révolter psychologiquement et à se rendre compte qu’il y a des trucs qui ne fonctionnent pas. L’objectif est de se réveiller, de faire bouger les choses."

Que nous réservez-vous sur scène ?

"Tout ce que je peux vous dire, c’est que la scénographie n’aura rien à voir avec le clip qui est sorti ce jeudi matin."

Avez-vous vu les prestations des autres pays ?

"Oui et j’adore celle du Danemark. Ça respire quelque chose de frais et la joie de vivre. C’est hyper festif, tout comme le morceau de l’Espagne."

Comment faites-vous pour gérer à la fois l’école et la préparation pour l’Eurovision ?

"Au mieux, même si c’est difficile. C’est ma dernière année de secondaire, donc je dois absolument la réussir. Tous mes jours d’absence vont être utilisés pour l’Eurovision. Pour mes professeurs, c’est fabuleux. Ils adorent l’Eurovision et me soutiennent. Mes amis, eux, ne connaissent pas bien le concours, donc je n’ai pas de retour de leur part."

Comptez-vous poursuivre vos études l’année prochaine ?

"J’aimerais pouvoir vivre de la musique. Donc, je commencerai bien des études au conservatoire de musique de Mons."