Nous avons vu les deux premiers épisodes de Miss Marvel, la première super-héroïne musulmane: voici notre verdict

Nos compatriotes Adil El Arbi et Bilall Fallah ouvrent brillamment la série qui débute ce mercredi 8 juin sur Disney+.

Nous avons vu les deux premiers épisodes de Miss Marvel, la première super-héroïne musulmane: voici notre verdict
©Disney

Avec Miss Marvel, Disney + présente sa série la plus ambitieuse, celle qui pourrait avoir le plus d'impact aussi dans un monde où les opinions ont tendance à se radicaliser. Car l'héroïne, Kamala Khan (Iman Vellani), une adolescente de 16 ans rêveuse du New Jersey, incarne bien plus que les valeurs traditionnelles de l'Amérique dans la lutte entre le Bien et le Mal. Élevée dans une famille pakistanaise, musulmane, elle défend la place des femmes à la mosquée avec sa meilleure amie, voilée ("parce qu'avec le voile, j'ai l'impression d'être moi", dit Nakia).

La tolérance, l'inclusion et la diversité apportent une toile de fond susceptible de casser pas mal de clichés. D'autant qu'elle est tendue avec pas mal d'humour. Comme lorsque le père de Kamala se déguise en Hulk ou que sa mère est comparée à Dark Vador. Cela dit, notre petit pays n'est pas épargné : "Ne me parle pas de Belgique", lance-t-elle à sa meilleure copine. Une réplique qui ne doit rien au hasard : le premier épisode est signé par nos compatriotes à l'autodérision affirmée, Adil El Arbi et Bilall Fallah. Brillamment, ils incluent les héros de papier Marvel à l'aventure, font valser les personnages tagués sur les murs, transforment les SMS en messages étoilés, écrasent les fans d'une convention Marvel avec le marteau de Thor, transforment une introduction généralement assez laborieuse en un show virevoltant truffé de références. C'est juste éblouissant et passionnant.

Humour et inventivité visuelle

Le deuxième volet, disponible lui aussi à partir de ce mercredi 8 juin, voit la jeune fan de Captain Marvel tenter de maîtriser son super-pouvoir en compagnie de son ami Bruno, alors que son cœur la pousse irrésistiblement vers un nouveau venu, Kamran.

Bien sûr, cette approche n’est pas aussi spectaculaire que la lutte contre des envahisseurs dotés eux aussi de capacités surhumaines. Mais la personnalité de Kamala Khan, le contexte social interpellant et l’inventivité visuelle de la mise en scène devraient permettre à cette nouvelle série de divertir un très large public tout en luttant contre les préjugés. Une belle réussite.

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be