La Belge Shay, l’atout belge de la "Nouvelle école" de Netflix

Collaboration avec Booba en 2011 et concert en sa compagnie à Bercy en guise de première scène, révélée au grand public en 2016 avec son titre "PMW", Disques d’or avec ses albums Jolie Garce et Antidote, Shay a aussi signé des collaborations avec Jul et Niska récemment.

La Belge Shay, l’atout belge de la "Nouvelle école" de Netflix
©Geoffrey Delamarre

Collaboration avec Booba en 2011 et concert en sa compagnie à Bercy en guise de première scène, révélée au grand public en 2016 avec son titre "PMW", Disques d'or avec ses albums Jolie Garce et Antidote, Shay a aussi signé des collaborations avec Jul et Niska récemment. Figure du rap made in Belgium, c'est elle qui avait en charge les candidatures pour la Nouvelle école à Bruxelles. C'est aussi elle qui était aux côtés de Niska et de SCH pour juger les participants au programme de Netflix.

La Bruxelloise a cependant dû encaisser les critiques pendant la diffusion des épisodes de la Nouvelle école. Elle a fait l'objet d'un sévère bashing de la part des internautes : "Shay, elle n'a pas compris le concept de l'émission", "À part dire 'moi j'ai bien aimé' et 'jolie garce gang pétasse', elle ne sait rien dire d'autre", "Shay a dit non à un mec talentueux pour ce pleurnichard incapable de finir un couplet… Honteux", "Shay est trop éclatée comme juge, on aurait pu ramener Dems (Damso, NdlR). La Belgique va désormais s'éteindre après l'émission… Qu'est-ce qu'ils sont nuls les Belges. Ohlalalalala !!!!", "Les choix de Shay dans Nouvelle école, c'est catastrophique. Elle n'a pas d'oreille".

Pas d'oreille et choix catastrophiques peut-être, il n'empêche que c'est un Belge qui a remporté l'émission et qu'il cartonne. "On peut dire ce qu'on veut, critiquer Shay sur ses choix et son argumentation bancale, mais au final, elle a ramené Fresh et c'est son pays qui a gagné", commente un autre convaincu de l'émission.

Par ailleurs, la rappeuse a aussi été l’atout charme de l’émission. Qu’on le veuille ou non, avec ses tenues plus affriolantes les unes que les autres, qui montrent plus qu’elles ne cachent, la Bruxelloise dégageait un magnétisme à toute épreuve. Et sa présence comme juge, entre Niska et SCH, a également montré qu’il y a de la place pour les femmes dans le rap, même si pour cela, il faut pouvoir encaisser des noms d’oiseaux.

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be