Racisme, acharnement des médias, rigidité du protocole: on a vu les trois premiers épisodes de "Harry & Meghan"

Ce jeudi matin, la série documentaire centrée sur le duc et la duchesse de Sussex est sorti sur Netflix.

This undated and unlocated handout picture released by streaming platform Netflix shows Prince Harry and Meghan, The Duke and Duchess of Sussex, in a photo booth. Netflix releases on December 8, 2022 'Harry & Meghan' a docuseries directed by Liz Garbus about Duke and Duchess of Sussex following their decision to step down from life as senior working royals in 2020. (Photo by Handout / various sources / AFP) / RESTRICTED TO EDITORIAL USE - MANDATORY CREDIT "AFP PHOTO / NETFLIX / COURTESY OF PRINCE HARRY AND MEGHAN  " - NO MARKETING - NO ADVERTISING CAMPAIGNS - DISTRIBUTED AS A SERVICE TO CLIENTS - NO ARCHIVES
Dans "Harry & Meghan", le duc et la duchesse de Sussex racontent le début de leur histoire d'amour. Tout a démarré suite à la publication d'une photo sur Instagram. ©"AFP PHOTO / NETFLIX / COURTESY OF PRINCE HARRY AND MEGHAN

Tant attendue, la première partie de la mini-série documentaire Harry&Meghan faisait son entrée sur Netflix, ce jeudi matin à 9 heures. Trois épisodes d’environ une heure chacun que les aficionados d’histoires de têtes couronnées ont dévoré sans en laisser une miette. Il faut dire que la bande-annonce choc de Netflix dans laquelle le prince Harry entendait rétablir la vérité en a fait un rendez-vous presque immanquable. Après avoir visionné l’entièreté de ces trois premiers épisodes, on peut affirmer que la plateforme a réalisé un coup de maître. Oui, on se laisse prendre au jeu. Dès le départ, on est happé par le sujet et on boit les paroles d’Harry et Meghan qui nous laissent entrer dans leur quotidien intime. Les minutes passent à la vitesse grand V tant l’histoire est attrayante. Mais, au final, qu’a-t-on appris de nouveau ? Pas grand-chose…

Tous les entretiens ont été réalisés avant août 2022”, peut-on lire en ouverture de la série documentaire. En d’autres mots, tout a été tourné avant le décès de la reine Elisabeth II, le 8 septembre dernier. Une phrase suivie de la suivante :”La famille royale s’est refusée à tout commentaire sur le documentaire.” Un silence qui sera certainement maintenu contrairement à la potentielle “communication de crise” qui avait été évoquée en réponse à ce qui allait être dit dans ce documentaire. La BBC rapporte toutefois qu'aucun membre de la famille royale britannique aurait été approché pour commenter la série documentaire.

“Harry&Meghan” débarque sur Netflix: qu’attendre de la série événement qui sort ce jeudi?

Pendant environ trois heures, les abonnés de Netflix sont invités à revivre l’histoire d’amour d’Harry et Meghan Markle à travers des photos et vidéos privées de ces derniers mais également à travers leurs interventions filmées soit en face cam à partir de leur propre smartphone, soit dans le cadre d’une interview réalisée par un journaliste. “C’est une sorte de journal intime filmé”, explique la duchesse de Sussex qui n’a pas hésité à se filmer en larmes avec une serviette de douche sur le crâne.

Le couple revient sur chaque détail, des premiers messages suite à une photo filtrée de Meghan publiée sur Instagram aux fiançailles en passant par la première rencontre, le retard d’Harry suite aux embouteillages et la vie familiale aux États-Unis.

”Je suis le digne fils de ma mère”

Si le duc de Sussex avait visiblement une “longue liste” de critères féminins, ce qui l’a avant tout intéressé chez Meghan, c’était son “naturel”, dit-il. Loin de lui les mariages de raison. “Je pense que les membres de ma famille et en particulier les hommes peuvent avoir la tentation ou se sentent obligés d’épouser une personne capable de se fondre dans le moule au lieu de choisir quelqu’un qu’ils aiment vraiment. Ils prennent une décision en écoutant leur raison plutôt que leur cœur”, déclare Harry en faisant le parallèle avec Lady Di. “Ma mère s’est laissée guider par son cœur quasiment toute sa vie et je suis le digne fils de ma mère.

”Harry&Meghan” (Netflix) suscite l’inquiétude dans la famille royale britannique : une réunion de crise entre Charles et William

D’autres points communs entre Harry et sa mère, Diana Spencer, seront à nouveau évoqués lors d’une partie consacrée à l’enfance du duc de Sussex. “Je me souviens de mon enfance comme d’une période très heureuse”, dit-il avant d’ajouter avoir “hérité du côté rebelle de sa mère” dont il a vu “les larmes couler sur les joues”. Meghan ressemble également à Lady Di à plusieurs niveaux : la compassion, l’empathie, l’assurance et le côté chaleureux.

Cette série documentaire est également un moyen pour Harry et Meghan de régler leur compte avec les médias et les paparazzis toujours à l’affût de la moindre photo qui pourrait faire le buzz. Si Harry était déjà cible des photographes depuis le décès de sa mère, l’acharnement dont est victime Meghan a démarré, lui à la minute où leur relation a été dévoilée dans les médias. Épiée par les paparazzis, la jeune femme était contrainte de vivre avec les volets fermés dans sa maison de Toronto. Un harcèlement qui continuait même sur le tournage de Suits, la série dans laquelle elle interprète la brillante avocate Rachel Zane. “On avait peur que quelqu’un s’introduise dans sa caravane”, confie une de ses anciennes collègues. “Notre relation est devenue un mélange de chasse en voiture, d’antifilature et de dissimulation”, explique Harry.

”Un déferlement de haine”

Le duc de Sussex parle également de “harcèlement en ligne” et de “déferlement de haine” suite à la révélation de l’identité de Meghan Markle, une actrice américaine… métisse. “Avant ça, on me traitait rarement comme une femme de couleur. Cette discussion n’a jamais eu lieu”, déclare la principale intéressée qui a également fait un bond dans le passé, revenant avec émotion sur sa vie de famille et la séparation de ses parents. L’occasion d’évoquer les tensions avec son père et les propos chocs de sa demi-sœur, Samantha Markle, dans la presse à scandale.

La rigidité du protocole

Contrairement à toute attente, la reine Elizabeth II ainsi que William et Kate sont peu évoqués dans la série. À plusieurs reprises, Harry et Meghan reviennent sur la rigidité du protocole. Meghan s’amuse d’ailleurs de la révérence qu’elle a dû faire en rencontrant l’ancienne souveraine britannique pour la première fois. “Je ne sais pas exactement ce que je faisais”, rigole-t-elle aux côtés d’Harry. Elle évoque également les ajustements auxquels elle a dû procéder afin de réussir à s’intégrer. “La plupart du temps, quand j’étais en Grande-Bretagne, je portais rarement de la couleur”, évoque-t-elle. “Si j’ai bien compris, c’est parce qu’on ne peut porter la même couleur que sa majesté, lors d’un événement.

Disponible à partir du 15 décembre prochain, les trois derniers épisodes de la mini-série devraient, dans la logique, se pencher sur la suite de leur histoire, de leurs fiançailles à leur départ pour les États-Unis. Une seconde partie qui devrait sans doute être plus croustillante que la première.

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be