Streaming : “Mercredi” bat “Stranger Things”, Harry et Megan raflent la couronne…

La série gothique de Netflix a franchi le cap du milliard d’heures vues en trois semaines. La série sur les Sussex enregistre le meilleur démarrage pour une série documentaire

Alain Lorfèvre
Jenna Ortega dans le rôle de Mercredi Addams.
Jenna Ortega dans le rôle de Mercredi Addams. ©2022 Netflix

Mercredi Addams peut poursuivre sa danse du “Goo Goo Muck”. Elle enregistre un succès inattendu sur Netflix mais mérité.

La série Netflix Mercredi a dépassé la barre du milliard d’heures vues après trois semaines seulement de diffusion. Cela équivaut à 152,6 millions d’équivalents de visionnages complets (ou EVC soit les heures vues divisées par la durée totale du programme) .

Si on la compare aux grands succès Netflix dont on a les chiffres, c’est déjà bien au-delà de Stranger Things 4 (103,7 EVC) et Dahmer (96,9 EVC). Ce succès s’explique par plusieurs facteurs : le caractère culte du personnage issu des livres et de la série La famille Addams, très populaires aux États-Unis et dans le monde depuis les films des années 1990. Associée à la notoriété de Tim Burton, qui coproduit et a réalisé les quatre premiers épisodes, Mercredi avait tout pour séduire.

À lire : "Mercredi": Tim Burton rencontre la famille Addams chez Netflix

Les raisons d’un succès

Le résultat fédère les amateurs d’horreur gothique mais aussi le public familial (c’est dark, mais pas trop et moins effrayant que Stranger Things). Elle surfe aussi sur les acquis de la saga Harry Potter, ayant pour décor un collège pour élèves un peu spéciaux liés aux mythes fantastiques.

Tout étant progressiste et clairement féministe, la série n’en fait pas un argument. Bref, elle se situe à un juste milieu qui fédère divers publics. Enfin, la performance de Jenna Ortega dans le rôle-titre est parfaitement calibrée.

Cela ne suffira sera sans doute pas à battre le record stratosphérique de Squid Game. Selon les dernières projections la courbe de vues de Mercredi est en train de croiser celle de la série sud-coréenne. Elle occupe toutefois une place inégalée au sommet des séries américaines. Une deuxième saison semble assurée.

À lire : Pourquoi la série de Tim Burton, Wednesday, bat les records sur Netflix

Le carton des Sussex

Parallèlement, Harry&Meghan réalise le meilleur démarrage en heures vues sur le service pour une série documentaire. Elle occupe au terme de sa première semaine de diffusion la deuxième place du Top10 des séries anglophones de Netflix.

Pas de surprise de ce côté-là. Les Sussex surfent sur le succès de The Crown dont ils offrent une espèce de spin-off. La polémique entourant leurs propos vaut toutes les campagnes promos. Et la dimension people du couple achève de susciter la curiosité. C’est l’exemple type de la série qu’une frange du public peut adorer détester mais regarde malgré tout. Comme ces magazines à scandale qu’on dénigre mais qu’on lit néanmoins.

À lire : Racisme, acharnement des médias, rigidité du protocole: on a vu les trois premiers épisodes de "Harry & Meghan"

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be