En 2023, Netflix veut tirer plus de revenus de ses 230 millions d'abonnés: "Cela ne va pas être une décision populaire"

L’expérience menée dans douze pays d’Amérique centrale ou du Sud a permis de gagner de nouveaux abonnés.

Netflix explose les attentes avec plus de 230 millions d'abonnés dans le monde
Netflix explose les attentes avec plus de 230 millions d'abonnés dans le monde ©BELGA

Peut-être s’agit-il d’une conséquence imprévisible du dérèglement climatique, mais ces derniers mois, Netflix n’arrête plus de souffler le chaud et le froid.

Dernière bonne nouvelle en date : la plateforme de streaming compte désormais 230,75 d’abonnés dans le monde, avec une forte croissance dans le dernier quart de 2022 (7,66 millions de souscripteurs supplémentaires, contre 4,5 millions prévus).

Dans le même temps, et cela plairait moins à une partie des clients, la société annonce passer à la vitesse supérieure dans la lutte contre le partage des comptes, qui concernerait 100 millions de personnes. L’expérience a été accueillie fraîchement dans les douze pays d’Amérique centrale et du Sud où elle a été lancée l’année dernière, mais a finalement permis à Netflix de gagner 1,76 million de “nouveaux” abonnés.

La limitation à un seul foyer, avec possibilité de partage payant, devrait donc prendre de l’ampleur très rapidement pour probablement se généraliser d’ici la fin de l’année. “D’après notre expérience en Amérique latine, nous nous attendons à des annulations en réaction à la mesure dans chaque marché où nous lançons le partage payant, ce qui a un impact sur la croissance des membres à court terme, a expliqué Greg Peters, le coprésident de la société. Mais au fur et à mesure que profitaient gratuitement de mots de passe commenceront à activer leurs propres comptes et que des comptes de membres supplémentaires seront ajoutés, nous nous attendons à voir une amélioration des revenus globaux, ce qui est notre objectif avec tous les changements de plans et de prix.”

"Toujours plus"

Aucune date précise n’a été avancée concernant cette lutte contre le partage des comptes. Mais le mouvement est lancé et plus rien ne devrait l’arrêter.

"Cela ne va pas être une décision universellement populaire", a reconnu Greg Peters. Le nouveau co-directeur s'attend à une vague de résiliations au début, puis à un retour des consommateurs. "Notre boulot c'est d'avoir toujours plus de titres que les gens veulent absolument voir", a-t-il ajouté.

Greg Peters a indiqué vouloir "toujours plus" : "plus d'utilisateurs", "plus d'engagement" et "plus de sources de revenus. L'impact culturel de Netflix, avec Mercredi, Stranger Things et d'autres, est juste incroyable, et ça va aller encore plus loin aussi", a-t-il continué.

Le demi-départ de Reed Hastings constitue cependant "un changement psychologique important pour Netflix", considère Neil Saunders, analyste de GlobalData, qui craint que le service devienne moins audacieux.

"Comme il reste président, la société conserve son expertise, mais il existe un petit risque que la culture de l'entreprise change et devienne plus prudente, surtout dans ce contexte d'incertitude économique", a-t-il détaillé.

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be