Pour Ellen Pompeo, en coulisses, c’était "le désastre" durant les dix premières saisons.

Côté écran, Grey’s Anatomy battra le record d’Urgences de la plus longue série médicale américaine de tous les temps lorsque s’achèveront les 16e et 17e saisons, qui ont été confirmées début mai. Les fans applaudissent à tout crin.

Côté coulisses, par contre, les acteurs ont plutôt eu tendance à tirer la tête pendant la première décennie, à en croire l’actrice et productrice de la série, Ellen Pompeo.

Lors d’une conversation avec Taraji P. Henson organisée par Variety, elle n’a manifestement pas pratiqué la langue de bois. "Les dix premières saisons, nous avons fait face à de sérieux problèmes culturels, de très mauvais comportements, un environnement de travail vraiment toxique." Même si leurs noms n’ont jamais été cités, les oreilles de Isaiah Washington et de Katherine Heigl ont dû siffler… Celles de Patrick Dempsey aussi, lui qui touchait un cachet deux fois supérieur au sien. "Le studio et la chaîne estimaient que le show ne pouvait continuer sur un acteur principal. Ma mission était de prouver le contraire."

En commençant par empocher près de 20 millions $ par saison. "Quand j’ai eu des enfants, il ne s’agissait plus que de moi. Je devais entretenir ma famille. À 40 ans, où aurais-je pu toucher ce type de cachet ?"

Mais l’argent n’a pas constitué sa seule motivation. "Je me suis dit : cela ne peut pas être aussi fantastique pour le public et un tel désastre en coulisses. Shonda Rhimes et moi avons décidé de réécrire la fin de cette histoire. C’est ce qui m’a poussée à rester."

Avec des résultats audimétriques brillants à la clef. En 2018-2019, Grey’s Anatomy a conforté sa place de série numéro un sur ABC, un des plus grands réseaux américains. Un succès qui ne devrait pas être démenti lors des deux dernières saisons.