La très attendue suite de la série est disponible à partir de ce vendredi sur Netflix.

Dès 9 h 01, ce vendredi matin, des embouteillages sont à prévoir sur Netflix. La Casa de Papel, une des séries les plus prisées de la plateforme, fait son grand retour pour un quatrième chapitre qui promet d’être explosif. Celui-ci vient conclure la deuxième saison de la production espagnole qui avait fait ses premiers pas sur la chaîne espagnole Antena 3.

La troisième partie avait laissé le public sur sa faim. Nairobi, entre la vie et la mort, s’en est-elle finalement sortie ? Lisbonne, ancienne inspectrice qui a rejoint la bande de braqueurs par amour, coopérera-t-elle avec la police afin de faire tomber ses camarades et son compagnon, le Professeur ? Qu’adviendra-t-il de la relation amoureuse qui unissait Tokyo et Rio ? Telles sont les questions auxquelles des réponses sont attendues par les téléspectateurs.

Un nouveau teaser diffusé par la plateforme nous met sur la piste de plusieurs intrigues potentielles. Dans les mains de la police, Lisbonne se retrouve face à un ultimatum : si elle coopère, elle retrouve sa liberté. Si elle refuse, elle se retrouve derrière les barreaux pour une durée de 30 ans. À l’intérieur de la Banque d’Espagne, la tension monte entre les braqueurs. À distance, le Professeur n’a plus la mainmise sur la situation. Bref, ça sent le roussi pour la bande aux masques de Dali.

Une saison supplémentaire ?

La quatrième partie de La Casa de Papel n’était pas encore sortie que les rumeurs d’une saison supplémentaire faisaient déjà le tour de la toile. Un autre casse est-il envisagé ? Pour Alvaro Morte, interprète du Professeur, une suite ne serait pas une bonne idée. "Je ne sais pas. Mais je ne pense pas qu’il soit nécessaire de tourner 1 000 saisons ", répond l’acteur dans les colonnes de Télé Loisirs. "Il faut savoir dire adieu aux personnages quand les séries fonctionnent. Je suis de ceux qui préfèrent rester sur une bonne impression." Il serait, en effet, dommage de faire l’épisode de trop, celui qui gâcherait une saga qui a connu un retentissement mondial.