Arthur va produire une mini-série en six épisodes pour… France Télévisions.

C’est l’une des histoires les plus mystérieuses de l’aviation et, hélas !, depuis que le ministre malaisien des transports a remis son rapport final sur l’incident, en juillet 2018, l’une de celles qui, sans doute, restera sans réponse. Pas étonnant, du coup, que les scénaristes du monde entier aient rapidement eu envie de pencher sur la disparition du vol 370 de la Malaysia Airlines, le 8 mars 2014.

Entre les documentaires (notamment sur Channel 4) et les fictions, entre les enquêtes et les livres, il reste encore de la place, en télévision, pour une mini-série, inspirée des ouvrages de Ghyslain Wattrelos (Vol MH370 Une vie détournée) et celui de Florence de Changy, journaliste au Monde, : Le Vol MH370 n’a pas disparu.

Le premier a perdu sa femme et ses deux enfants dans ce drame inexpliqué. Depuis, il n’a de cesse d’interroger, de chercher et d’essayer de comprendre. C’est notamment sur les questions de cet homme que les auteurs de la mini-série vont se pencher pour écrire les six épisodes de 52 minutes, qui seront produits par Alef One, société dont l’un des fondateurs n’est autre qu’Arthur (oui, celui avec qui tout est permis).

Mais ce n’est pas sur TF1, où il officie en tant qu’animateur depuis de longues années que l’on pourra découvrir cette fiction : c’est France Télévisions qui en a acquis les droits lors du dernier MipCom.

"Au cours des 6 épisodes, nous suivrons les points de vue des différentes forces en présence liées à cette énigme (proches des victimes, aéronautique, politiques, communauté scientifique, police, justice, intelligence) dans un labyrinthe mondial aux ramifications inextricables, peut-on lire sur le site de la production. "Sept pays sont directement concernés, ils ont ensemble financé les recherches de l’avion… en vain."

Déjà librement inspirée du drame de la Malaysia Airlines - qui a vu disparaître 239 personnes - la série Manifest avait fait un gros carton d’audience lors de sa diffusion sur NBC. Idem en Belgique (sur La Deux) et en France sur TF1. Le service public aurait-il flairé le bon filon ? Il faudra être patient pour s’en rendre compte puisque aucune date de diffusion n’a, à ce jour, été annoncée.

I.M.