Dans la logique hollywoodienne, cela ne se discute même pas: tout succès audimétrique ou commercial doit forcément être prolongé, même si l'histoire ne s'y prête absolument pas. Il faut répondre à l'attente du public, point à la ligne. Mais, heureusement, tout le monde ne succombe pas à cette pensée simpliste. Malgré les pressions qu'on imagine importantes, les producteurs de The Queen's Gambit ne veulent pas entendre parler de suite. Que ce soit sur Netflix ou au cinéma.

"J'ai le sentiment d'avoir raconté l'histoire que nous désirions relater, a expliqué Scott Frank aux Emmy Awards. Je crains - je vais le dire autrement-, je suis terrorisé à l'idée que si nous essayons d'en dire plus, nous pourrions ruiner tout ce que nous avons fait."

Avis partagé par l'autre producteur, William Horberg, en remerciant Netflix: "Vous avez fait une des choses les plus rares de nos jours, donner sa chance à un récit risqué et faire confiance aux cinéastes." Avant d'ajouter: "La chose qu'aucun algorithme ne peut prévoir, qu'aucun budget de milliards de dollars ne peut fournir, c'est le bouche à oreille. Ce prix est pour les fans qui en ont parlé à leurs amis, qui sont eux-mêmes devenus fans et ont dit à leurs copains: Mon pote, tu dois regarder cette séries sur une orpheline qui joue aux échecs."

C'est vrai que présenté comme ça, le triomphe n'était pas garanti d'avance...

S'il s'oppose à toute deuxième saison, William Horberg se montre tout aussi inflexible concernant un éventuel long métrage sur les aventures de Beth Harmon. "Un film ferait perdre tout ce qui rend spécial The Queen's Gambit, à savoir son personnage, sa persévérance, le passage à l'âge adulte et l'évolution émotionnelle. C'est ce voyage à travers les sept épisodes qui résonne si profondément dans le public."

Que cela fait du bien d'entendre cela.