Tout le monde s’attendait à une réaction en force de Disney après la bombe lancée par WarnerMedia concernant la sortie simultanée des films sur HBO Max et au cinéma. Si "The Mouse House" ne s’est pas laissée entraîner sur ce terrain-là, elle a pris bien d’autres décisions de nature à faire trembler la concurrence. A commencer par un nouveau film Star Wars, Rogue Squadron, pour Noël 2023. Mais aussi dix nouvelles séries Star Wars et dix autres Marvel à l’horizon 2024. Ainsi qu’une centaine de nouveautés annuellement. Avec quelques longs métrages qui zapperont la case cinéma, comme Pinocchio, Peter Pan & Wendy, Disenchanted, Sister Act 3 et le tout nouveau Pixar, Raya and the Last Dragon.

Largement de quoi satisfaire les 86,8 millions d’abonnés à Disney+. Mais la compagnie aux grandes oreilles rondes ne compte pas s’arrêter en si bon chemin. Elle annonce, à destination de l’Europe, de l’Australie, du Canada, de la Nouvelle-Zélande et de Singapour un nouveau streaming, Star. En fait, un peu l’équivalent de Hulu aux USA. Plus orientée vers les adultes, la nouvelle plateforme, totalement intégrée à Disney+, proposera des programmes en provenance d’autres composantes de l’empire Disney, à savoir ABC, FX, Freeform, Searchlight et 20th Century.

Le tout pour un surcoût assez faible, puisque l’abonnement à Disney+ et Star reviendra à 8,99 €. L'annonce en a été faite par la présidente des opérations internationales, Rebecca Campbell.

L’appétit venant en mangeant, les investissements seront à la hauteur de l’énorme succès rencontré par Disney+. D’ici 2024, entre 14 et 16 milliards de dollars vont être injectés uniquement dans les nouveaux programmes à destination du streaming. L’objectif est ambitieux : au lieu des 60 à 90 millions de souscripteurs pour 2025 (objectif déjà atteint aujourd’hui), Disney+ en vise désormais 260 millions en 2024.

C'est une certitude : la concurrence dort désormais beaucoup moins bien.