La chanteuse française préfère être appelée par son prénom lorsqu’il s’agit d’évoquer sa carrière de comédienne. Profilage - Double Jeu, ce samedi soir sur la Une à  21.00.

Ne l’appelez plus Shy’m. Quand il s’agit de parler d’elle en dehors de sa carrière de chanteuse, l’interprète de Femme de couleurs préfère qu’on utilise son vrai prénom, à savoir Tamara. Ce samedi, ce n’est toutefois dans la peau d’aucune des deux que la jeune femme fera ses premiers pas dans une fiction télévisée. Suite au départ de Juliette Roudet, alias Adèle Delettre, Tamara Marthe incarne la nouvelle psycho-criminologue de la série Profilage, Elisa Bergman.

Son arrivée par surprise sur le lieu du crime n’a pas été vue d’un très bon œil par le commandant Thomas Rocher (Philippe Bas) avec qui elle va devoir collaborer. Mais après de brèves présentations, ce dernier a commencé à repérer le potentiel de sa nouvelle partenaire…

"J’étais pétrifiée"

Avec ce rôle, qui lui sied à merveille, Tamara Marthe réalise un projet qu’elle gardait précieusement en tête depuis des années : jouer la comédie. " Par le passé, j’ai reçu plusieurs propositions au cinéma. J’ai toujours refusé par manque de confiance en moi. Je souhaitais prendre des cours de comédie pendant un an ou deux avant de me lancer", explique la principale intéressée à Télé 2 Semaines. Après s’être affranchie des codes du métier, la comédienne en herbe a tenté sa chance d’intégrer l’équipe de Profilage. "Ça fait longtemps que tu en as envie, arrête d’avoir peur !", s’est-elle dit. "Je me suis présentée à quatre castings avant de faire les essais avec Philippe Bas. J’ai ensuite été coachée pendant trois semaines avant de démarrer le tournage de mes premières scènes. J’étais pétrifiée mais je me suis rendu compte que j’aimais vraiment ça."

Après la chanson, la danse - elle a remporté la deuxième saison de Danse avec les stars sur TF1 - et l’animation - Nouvelle Star en 2017 -, Tamara nous prouve, à nouveau, qu’elle a plus d’une corde à son arc. Le résultat est plutôt encourageant. C’est une certitude, la télévision n’a pas fini d’entendre parler d’elle.