Séries Des suites et des créations originales très attendues : voici le programme.

Ce n’est pas la priorité des entreprises pharmaceutiques et, pourtant, l’inventeur d’un médicament qui permettrait de soigner l’indigestion de séries télévisées pourrait faire fortune. Car l’overdose nous guette de plus en plus. L’an prochain, Disney + viendra enrichir une offre déjà pléthorique sur les plateformes. Et, pour contrer son futur rival, Netflix sort l’artillerie lourde. Avec une cinquantaine de nouvelles séries rien que pour 2019.

Petit tour d’horizon de quelques-uns des futurs responsables de vos nuits blanches…

Les inédits

Dead to Me. A priori, rien ne lie une veuve sinistre et un original anticonformiste. Sauf un secret, tourné en dérision dans cette série noire et humoristique menée par Christina Applegate et Linda Cardellini.

Kaos. Encore une comédie grinçante et cynique. Qui réécrit totalement la mythologie grecque.

Locke & Key. Joe Hill, le fils de Stephen King, a imaginé une maison plus magique que hantée dans laquelle se retrouvent les enfants Locke après le meurtre de leur père. Dix épisodes en seront tirés pour la première saison.

Messiah. Comment réagirait-on si un homme prétendant être le Messie débarquait sur Terre ? Sous les traits de Tomer Sisley, qui plus est ! Réponse fin 2019.

Osmosis. Les nouvelles technologies au secours des célibataires. À condition de tout connaître d’eux. Absolument tout…

Les Enfants de minuit. Le roman de Salman Rushdie devient une saga, centrée sur la vie de Saleem Sinai, né le jour de l’indépendance de l’Inde, et dont les grandes étapes de la vie sont liées à celles de son pays.

Raising Dion. Une famille découvre que son fils possède des pouvoirs magiques impressionnants. Qui pourraient faire des dégâts s’ils étaient mal exploités par quelques manipulateurs sans scrupules.

Ratched. C’est un des projets les plus attendus de Netflix, basé sur le film de Milos Foreman Vol au-dessus d’un nid de coucou, et centré sur une infirmière assez inquiétante (incarnée par Sarah Paulson).

Saint Seya : Les Chevaliers du Zodiaque. Une version modernisée du manga célébrissime de Masami Kurumada.

Sex Education. Dès le 11 janvier, Gillian Anderson fera le portrait de la vie sexuelle des jeunes Américains. En huit épisodes seulement, c’est tout dire…

Tales of the City. Après avoir privilégié sa carrière pendant vingt ans, une femme (Laura Linney) revient vivre à San Francisco, près de sa fille et de son ex-mari.

The Dark Crystal : Age of Resistance. Un prequel qui fait déjà fantasmer tous les fans de Dark Crystal, le film de Jim Henson sorti en 1982.

The Order. Une société secrète universitaire lutte contre les loups-garous à grands coups de tours de magie.

The Politician. Un casting cinq étoiles (Ben Platt, Jessica Lange, Gwyneth Paltrow, Zoey Deutch, January Jones) pour une satire des mœurs politiques.

W- Wars. Un médecin tente de trouver le vaccin contre une maladie qui transforme les humains en vampires.

Les suites

Bonne nouvelle pour les fans, la plupart des séries qui cartonnent vont connaître une suite. Voici donc ce qui les attend : La Casa de Papel S3, 13 Reasons Why S3, Atypical S3, Big Mouth S3, Dark S2, Désenchantée S2, Designated Survivor S3, Elite S2, Frieds from College S2, Grace and Frankie S5, Jessica Jones S3, Les Désastreuses Aventures des orphelins Baudelaire S3, Les Nouvelles Aventures de Sabrina S2, Lucifer S4, Mindhunter S2, Orange is the New Black S7, Ozark S3, Santa Clara Diet S3, Star Trek Discovery S2, Stranger Thing S3, The Crown S3, The End of the Fucking World S2, The Punisher S2 ou The Rain S2.

Va falloir penser à une greffe de quelques paires d’yeux supplémentaires pour visionner tout ça…

Pour quelques milliards de plus

En début d’année, Netflix avait fait sensation en annonçant huit milliards $ d’investissements en 2018, rien que pour ses programmes. Un chiffre énorme, finalement… sous-évalué. Au final, ce sont quatorze milliards $ qui ont été injectés dans la création de films et séries au cours de cette année. Soit exactement la même somme que les revenus engrangés au cours des douze derniers mois.

Les montants pour 2019 n’ont pas encore été dévoilés, mais les économistes ne s’attendent pas à voir le géant du streaming diminuer la voilure au moment où Disney va marcher sur ses plates-bandes avec ses nouvelles séries Star Wars et Marvel notamment.

L’Europe sera une des grandes bénéficiaires de cette manne, puisque 221 nouveaux projets seront financés en 2019, contre 141 cette année.

Le Mexique, lui, va bénéficier d’un milliard d’investissements, pour un nouveau studio.

Si cette politique se révèle pour le moins coûteuse, elle est aussi payante. À ce jour, la société compterait 137 millions d’abonnés. Et ambitionne de franchir très rapidement la barre des 150 millions. Une chose est sûre : elle s’en donne les moyens.

Roma en salle et en streaming

Lion d’or du dernier Festival de Venise, Roma, d’Alfonso Cuaron, est sorti ce mercredi dans seulement quelques salles belges. Qui disposaient en fait de deux jours d’avant-premières. Car à partir de ce vendredi 14, la chronique de la moyenne bourgeoisie mexicaine (Roma fait référence à un quartier de Mexico City et non à la capitale italienne, dans le cas présent) sera disponible en ligne.

En tant que productrice, Netflix ne voulait pas léser ceux qui la financent en les faisant attendre trop longtemps. Un choix parfaitement compréhensible, mais qui condamne quasiment de facto la carrière en salle du grand favori pour le prochain Oscar du film étranger. Même si le grand écran apporte une émotion supplémentaire, l’argument financier devrait convaincre la plupart des abonnés de profiter du spectacle tranquillement dans leur salon.