Les fans de Marvel devront attendre le 7 juillet pour enfin découvrir, sur grand écran, Scarlett Johansson en sauveuse du monde solo dans Black Widow. Histoire de les faire patienter, Disney + leur propose un autre spin-off, sous forme de mini-série cette fois, Loki. Une saga qui brise les codes puisque le dieu de la discorde et de la malice se retrouve contraint par la Time Variance Authority (TVA) de traquer un criminel qui s’amuse à brouiller la ligne de temps à toutes les époques.

Quelque part entre Blade Runner, 1984 et le traditionnel duo de flics qui ne s’entendent pas (avec Owen Wilson dans le rôle de Mobius), la mini-série en six épisodes mêle enquête fantastique et humour noir avec un réel bonheur. “Je suis ravi et surpris que Loki ait sa propre série, explique Tom Hiddleston par Zoom depuis Los Angeles. Pour moi, Avengers : Endgame marquait la fin de son histoire. Mais où se demandait où passait Loki quand il disparaissait dans un nuage de fumée grâce au Tesserac. Cela ouvre un champ de possibilité gigantesque, et des voyages à différentes époques. C’est cool.”

Mais pour ça, lui-même a dû revoir sa conception du personnage. “En dix ans, je l’ai incarné six fois, mais dans la série, Mobius est plus expert sur Loki que Loki lui-même ! J’ai de la chance d’être toujours là et d’explorer de nouveaux aspects du large éventail de sa personnalité. Avec lui, ce n’est jamais la même expérience. Loki est quelqu’un de très complexe. À chaque fois, on entre dans une nouvelle dynamique, et on peut aussi bien partir dans l’action que dans la comédie.”

Le temps de préparation s’est donc révélé assez important. “Avec Owen Wilson, on a donc fait énormément de lectures préalables, comme au théâtre, pour répondre à toutes les questions qu’on se posait. Loki représente énormément pour le public. Certains aiment sa spontanéité, d’autres son goût de l’antagonisme, certains ne le supportent peut-être pas, mais ce qui touche le plus, c’est sa vulnérabilité, ce qui le rend très humain. Ici, Loki évolue dans d’autres univers, qui ne lui sont pas familiers. Asgard, les Avengers ou ses pouvoirs, tout ça est loin de lui. Que reste-t-il de lui quand on enlève tout ce qui l’identifie ? Est-il capable de changer, de grandir ? C’est aussi une plongée à l’intérieur du personnage, et j’espère que cela va captiver le public.”

Sur base des deux premiers épisodes que nous avons pu voir, qui sortent totalement du cadre des Avengers, cela devrait plus que probablement être le cas