Redonner vie à une série culte n’est pas un exercice aisé. Certains optent pour des reboots, d’autres, comme Friends, aux retrouvailles d’un épisode unique et collector. Sex and the City, aussi, aura droit à une saison complète supplémentaire, 17 ans après la diffusion du dernier épisode de la saison 6, 11 ans après le deuxième film adapté de la série.

Intitulée And just like that… (Et juste comme ça…), cette saison de dix épisodes, produite par HBO, donnera des nouvelles de Carrie Bradshaw, héroïne et narratrice de la série, et de ses amies, la marchande d’art Charlotte York, et l’avocate Miranda Hobbes, toutes désormais âgées d’une cinquantaine d’années. Sarah Jessica Parker, Kristin Davis et Cynthia Nixon reprendront leur rôle d’origine. Seule Kim Cattrall, interprète la sulfureuse Samantha Jones, manque à l’appel. HBO n’a pas mentionné le nom de l’actrice dans son communiqué et n’a pas donné plus d’explication quant à son absence.

Aucune date de diffusion n’a encore été communiquée mais on sait toutefois que les premières scènes de cette fameuse saison – on l’imagine très attendue par les fans de la série – seront tournées au printemps prochain à New York, ville mythique des aventures de Sex and the City.

Petit retour en arrière…

Créée en 1998 par Darren Star (Melrose Place, Beverly Hills 90210), la série Sex and the City s’inspire du roman éponyme et de la vie de Candace Bushnell, journaliste et romancière, auteure de chroniques sur le sexe et les rapports amoureux publiées dans le New York Observer.

Indépendante, fêtarde et passionnée de shopping, Carrie Bradshaw rythme la série grâce à ses chroniques qu’elle peut écrire tant depuis son bureau que de sa chambre à coucher, cigarette aux lèvres. Si elle enchaîne les amants, la journaliste n’en démord pour Mr. Big, le fil conducteur de sa vie amoureuse qui la rendra, au gré des saisons, de plus en plus romantique.

Un final à la récéption mitigée

Le succès de la série a été planétaire. À tel point que des bus touristiques permettent, encore aujourd’hui, de faire un tour de Big Apple de Sex and the City, s’arrêtant aux lieux emblématiques de la série comme la maison de Carrie Bradshaw à Greenwich Village.

Si pour certains le sixième chapitre de Sex and the City bouclait la boucle de façon grandiose avec un happy end historique, notamment entre Carrie Bradshaw et Mr. Big, pour d’autres, le final a laissé un goût amer. Les quatre amies qui prônaient à l’époque l’indépendance, la sexualité active et le célibat choisi empruntent toutes un chemin de vie plus “traditionnel”. Une contradiction avec l’idée de liberté féminine véhiculée aux débuts de la série.