A l'heure où l'acteur et humoriste Ramzy Bédia révèle aussi son impressionnant salaire lors de la série H fin des années 90 sur Canal + (" On gagnait 15 000 euros par jour de tournage, c’était nouveau pour nous. On a tout flambé", dévoile-t-il dans 20 Minutes), Médiapart sort l'artillerie lourde en divulguant le salaire de l'homme le plus convoité du service public français.

Fort de ses deux jeux quotidiens -N'oubliez pas les paroles et Tout le monde veut prendre sa place- qui cartonnent dans les audiences, Nagui s'est fait une place de choix sur France 2 et dans le coeur des téléspectateurs. Une poule aux oeufs d'or (Taratata, Pop Show, Intervilles, etc.) choyée par son employeur France Télévisions à en croire le média du marché français de l'information. En effet, le producteur a "bénéficié au cours des trois dernières années d'un véritable pont d'or de la part du service public, et de clauses si avantageuses". A savoir un contrat, signé en 2017, qui prévoyait une rémunération de 100 millions d’euros sur trois ans.

Un salaire perçu "entre 750.000 et un million d'euros par an"

Si Médiapart précise que le montant n’est pas le salaire versé directement à l’animateur -mais bien un contrat pour l’ensemble des productions de sa société Air Productions-, "ce montant comprend le salaire de Nagui en tant qu'animateur, mais aussi toutes les prestations vendues par sa société de production (les concepts, les équipes de tournage, etc.)." Et pour cause, son salaire effectivement perçu est situé entre "750 000 euros et un million par an" révélait ainsi Capital avant le confinement. 

Si son entreprise n'avait pas confirmé l'information, Nagui en personne avait tout de même concédé "qu'on ne doit pas être loin de la vérité" dans le magazine Stratégies. De quoi attiser les jalousies et polémiques au sein d'un service public qui doit déjà faire des économies drastiques en pleine crise financière. D'autant plus que, même si France Télévisions assure que "Nagui rapporte plus que ce qu'il ne coûte" grâce aux recettes publicitaires de ses émissions, il s'agit... d'argent public.

Des clauses (très) avantageuses

Au delà de son salaire qui dépasse l'entendement pour certains, Nagui a su négocier des clauses allant à son avantage. Ainsi, un "changement de format de N'oubliez pas les paroles ne serait envisagé que si l'audience de l'émission est inférieure à 12 %" du public. Médiapart souligne alors que ce changement pourrait "être envisagé en concertation entre France Télévisions et Nagui, sans modification du nombre d'émissions commandées ni de leur coût unitaire." 

En d'autres termes, cela "assure à l'animateur, même en cas de crash industriel, trois ans d'émissions aux mêmes conditions." Quant à Tout le monde veut prendre sa place,  "la patronne de France TV garantit à Nagui qu'il pourra aussi animer l'éventuel programme de remplacement" si l'émission venait à péricliter dans les audiences. 

A cela, il faut rajouter son salaire d'animateur radio à France Inter (entre "120 000 et 150.000 par an" selon Capital) pour avoir une idée encore plus précise de sa fortune.