"La France va cramer cette semaine": un journaliste météo change de ton pour alerter sur la gravité de la situation (VIDEO)

Un coup de gueule à l'antenne pour faire réagir.

"La France va cramer cette semaine": un journaliste météo change de ton pour alerter sur la gravité de la situation (VIDEO)
©BFM TV

Provoquée par une arrivée d'air chaud venue du Maghreb, une vague de chaleur a commencé à toucher le sud-ouest de la France, avec des températures qui sont montées jusqu'à 34°C à Bordeaux et 37°C à Toulouse mardi. D'après Météo-France, elle frappera tout le pays d'ici le week-end, avec des pics qui pourront être supérieurs à 40°C localement.

Mardi soir, le spécialiste météo de BFMTV Marc Hay s'est montré alarmiste sur le plateau de la chaîne, au moment d'annoncer les prévisions. Quand le présentateur lui demande pourquoi son vocabulaire est devenu si grave, le journaliste météo explique. "Le but n'est pas de faire peur, mais j'ai décidé, depuis quelques jours, d'abandonner mon ton habituel qu'au fil des mois, je trouve un peu nul".

Marc Hay s'explique alors. "Arriver en plateau et dire 'la France va être concernée par une nouvelle canicule…', je pense que ça ne marche plus. [...] Il faut que les gens comprennent que la France, clairement, va cramer cette semaine. Je pense qu'il faut qu'on change notre manière de parler de ça car ça n'imprime pas. Et clairement, il faut que les gens se rendent compte que ce qui est en train de se passer n'est que la face cachée de l'iceberg".

Et le spécialiste météo de conclure: "Ce qu'il s'est passé en 2019 se reproduit et ce qu'il se passe en ce moment, va se reproduire. L'été ne fait que commencer, d'autres vagues de chaleur, d'autres canicules sont possibles et tout ceci va aller en s'aggravant".


Invité sur le plateau de RMC ce mercredi, Marc Hay a confirmé son inquiétude, estimant que les gens s'habituaient à des températures élevées pourtant inquiétantes. "Les gens pensent que lorsqu'il fait 25°C en été à Paris, il fait frais", glisse-t-il."Les projections que l'on montrait pour 2050, ça s'est déjà produit. En 2019, c'était un signal d'alarme et on s'est dit que ça arriverait dans 15 ou 20 ans, et en fait ça arrive trois ans plus tard", a-t-il encore alarmé.


Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be