Les grandes traques policière: François Besse, le roi de l’évasion

Diffusé sur La Une (RTBF) ce mercredi 22 juin à 20h20, le premier épisode de Chasse à l’homme est consacré aux multiples évasions de l’ancien lieutenant de Jacques Mesrine.

Les grandes traques policière: François Besse, le roi de l’évasion

Pendant tout l'été, la RTBF va revenir sur les grandes traques policières qui ont fait vibrer la Belgique depuis ses 30 dernières années. La série documentaire Chasse à l'homme démarre ce mercredi avec un épisode consacré à François Besse, l'ancien lieutenant de Jacques Mesrine.

Surnommé "le roi de l'évasion", François Besse s'est lié d'une grande amitié avec Jacques Mesrine en 1978 lorsqu'ils étaient tous deux détenus à la prison de la Santé. Ensemble, ils réussissent à s'évader. "Besse et Mesrine se sont alliés pour réussir ensemble à faire la malle", explique Jean-Claude Defossé, journaliste qui témoigne dans le documentaire.

Complices, les deux hommes vont réaliser plusieurs coups d’importance comme le braquage du casino de Deauville ou encore la prise d’otages de la famille d’un banquier de la Société Générale.

Ils se séparent ensuite et continuent leurs coups chacun de leur côté. François Besse est condamné à mort et incarcéré. Voulant à tout prix échapper à sa peine, il s’évade une nouvelle fois après avoir pris en otage le président de la Chambre du Conseil au Palais de Bruxelles le 26 juillet 1979. Un événement qui a bouleversé la Belgique.

Ses différentes cavales le mèneront en Belgique, en France mais aussi en Espagne où il est arrêté en 1982. C'est lors d'une visite à la prison madrilène de Carabanchel que François Besse tombe sous le charme de l'amie de sa sœur, une certaine Marie-Ange. À partir de ce moment, ils ne se sont plus quittés. François Besse prétexte des douleurs d'estomac (en réalité, imaginaires) et se fait transférer vers l'hôpital. Une occasion de plus pour lui de s'évader. "À chaque fois que j'étais incarcéré, je disais au directeur de la prison : 'Je vais m'évader'", explique François Besse, lui-même, dans le documentaire. "Ils (les gardiens de prison, NdlR.) prenaient toutes les précautions pour que je ne m'évade pas. Et c'est quand les choses sont carrées que moi je sais où est la faiblesse et que je trouve la faille."

Pendant plus de dix ans, il disparaît sans laisser de traces. Il se fait même passer pour mort depuis 1990. Mais il commet une imprudence à Angoulême où il a refait sa vie. Comme l'avait annoncé Jacques Bredael au JT : "A 50 ans, il est non seulement encore vivant mais il n'a pas raccroché." Arrêté à Tanger en 1994, il est rapatrié en France où la peine de mort est abolie. Plus rien ne le pousse donc désormais à s'évader. Il avoue tout. Condamné à 8 ans de prison, il est libéré en 2006 et tourne enfin la page de ses années sombres. "Je ne regrette rien", confie toutefois l'homme qui s'est ensuite engagé pour les autres via la communauté Emmaüs.

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be