Freddy Tougaux s’explique après son départ du Grand Cactus: “On a eu des divergences avec Jérôme de Warzée mais on les a réglées entre nous”

L’humoriste (et son Micro-Terroir) quitte le Grand Cactus et répond à toutes les interrogations sur son départ surprise.

Pierre-Yves Paque
tournage du clip de Freddy Tougaux.
©AVPRESS

Non, je ne vais pas remplacer Thierry Luthers", sourit l'humoriste Freddy Tougaux, David Greuse de son vrai nom, personnage culte du Micro-Comptoir et Micro-Terroir (avec les jeux de mots sur les plaques de village) du Grand Cactus qui tire sa révérence. "On n'avait dit à personne que l'on partait, les comédiens de l'émission n'étaient même pas au courant. C'était une demande logique de la RTBF de ne pas communiquer dessus avant la fin de la saison." Et comme leur départ - lui et son cameraman Michel alias Antonio Spoto - n'a pas été clairement annoncé dans l'émission, les deux acolytes (ils bossent ensemble depuis les vidéos YouTube de Freddy Tougaux) ont fait une vidéo sur les réseaux sociaux pour dire merci. "Comme j'ai toujours dit, j'aurais pu probablement partager mon cachet avec les villageois car ce sont eux qui ont fait le 'Micro- Terroir' finalement !"

Dans votre vidéo d’adieu, le cactus final fait penser à un doigt d’honneur… Partez-vous fâché ?

"Non, du tout (sourire) ! Cette séquence était déjà là dans le ‘Micro-Terroir’ hommage à Thierry Luthers, c’était la fin de la capsule. Je l’ai proposé à Antonio et, comme c’est lui qui fait les effets spéciaux, il a trouvé un cactus en 3D pour pouvoir l’animer. C’est le cactus qui prend la place de Freddy car le ‘Grand Cactus’ continue, sans Freddy. Lui-même n’avait pas remarqué, c’est quand on lui a fait la remarque après - mais trop tard, il était déjà diffusé -, c’était un peu gênant de se rendre compte qu’on avait un doigt d’honneur… Ce n’est absolument pas un acte volontaire. Ce n’est pas mon style, ni celui d’Antonio. Ce n’est pas pour régler des comptes. Ce serait vraiment stupide de le faire de cette manière-là. Si on en avait, on ne l’aurait même pas fait comme ça car ce n’est pas le style de la maison."

Pourquoi avez-vous quitté le Grand Cactus alors ?

"Avec Antonio, on a vraiment fait cette vidéo de manière légère. Et, avec Jérôme De Warzée, cela se passe très bien. Il a très bien compris. Quand on lui a annoncé, il avait accepté en disant : ‘OK, c’est votre décision. Je m’y attendais mais je suis quand même déçu.’ Il a même un peu insisté en disant : ‘Vous ne feriez pas autre chose dans l’émission ?’ Mais non. Pas qu’on avait l’impression d’avoir fait le tour… Plutôt qu’avant que la lassitude ne s’installe, on préférait quitter, quitte à provoquer une espèce de frustration de partir trop tôt. On préfère ça au sentiment de la saison de trop. Cela fait 7 ans qu’on s’éclate avec une liberté totale dans la création avec Antonio et ils en étaient contents. C’est donc de manière très sereine qu’on a prévenu la production il y a un mois. Elle nous a aussi proposé autre chose, partir sur un autre terrain. Mais comme on avait des propositions ailleurs, c’était le bon moment de le faire. On est très reconnaissants de l’opportunité, de la chance et de la confiance que le ‘Grand Cactus’, Jérôme et la RTBF nous ont donné. Et on reconnaît être monté en notoriété depuis. Merci Jérôme pour tout ça ! On a eu des divergences mais on les a réglées entre nous. Comme il le dit lui-même : entre nous, c’était du win-win. Du coup, on part de manière sereine et réfléchie. Aucune rancune, ni colère, ni lassitude."

Pourquoi ne pas l’avoir annoncé directement dans l’émission alors ?

"Ce n’était pas à nous de le faire… On l’a fait un peu dans le reportage sur Thierry Luthers en disant que ça sentait la fin et en chantant ‘Ce n’est qu’un au revoir’. On ne l’a pas dit clairement car ce n’était pas à nous de le faire. C’est l’émission qui est responsable de l’édition, de ce qu’on met dedans. Mais eux ne l’ont peut-être pas annoncé car ils espéraient qu’on change d’avis, je ne sais pas… Notre décision était, par contre, vraiment définitive avec l’envie de passer à autre chose."

Serez-vous dans le spectacle du Grand Cactus le 6 mai prochain à Forest National ?

"Jérôme nous a proposé de faire une intervention, j’ai dit oui. Ce n’est pas parce qu’on n’est plus dans l’émission qu’on ne sera pas au spectacle. Mais tout dépendra de la programmation car on en est encore loin. La porte n’est pas fermée en tout cas car cela a du sens qu’on y soit, même si on ne sera plus à l’antenne l’année prochaine."

"La machine à remonter le folklore" : un prolongement de son "Micro-Terroir"

Dans la nouvelle saison de Stoemp, Péket… et des rawettes ! présentée par Fanny Jandrain (à découvrir à partir de ce 1er juillet à 20 h 20 sur La Une), Freddy Tougaux reprendra sa séquence La machine à remonter le folklorel'interprète de Ça va d'aller présente les différents folklores en Wallonie et à Bruxelles. "Le but n'est pas d'expliquer comment se passe le folklore (les Échasseurs namurois, les Blancs-Moussis de Stavelot ou encore les géants d'Ath) mais comment les gens le vivent, se l'approprient et vibrent avec, nous confie-t-il. Une espèce de continuum avec le 'Micro-Terroir' où on va un peu plus loin encore. On a à chaque fois des gens hypercomplices car ils savent qu'on est respectueux du patrimoine, tout en s'en amusant. Comme à la confrérie du chicon, les Compagnons du Witloof, qui font ça de manière sérieuse sans se prendre au sérieux." Cet été, on retrouvera aussi Freddy Tougaux au festival Vignes et Culture (projet venant de Suisse où il joue dans les vignobles) mais aussi au Week-end au bord de l'eau, près du canal du centre de La Louvière avec ses vieux ascenseurs hydrauliques. "Une balade en péniche avec spectacle dans lequel je vais essayer de parler avec beaucoup de finesse, de légèreté et de fibre locale du drame de Strepy-Bracquegnies vu qu'on a été secoués cette année, conclut le Louviérois. L a résilience a permis de resserrer nos liens. On dit souvent que derrière un drame, un truc positif se passe. Et c'est vrai, c'est très beau, ce qui se passe chez nous."

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be