Difficile de savoir où donner de la tête en ce moment pour les fans de télé. Ou plutôt devrait-on dire les accrocs aux écrans. À côté de l’incontournable Netflix, les offres se multiplient, certaines déjà présentes depuis un moment comme Amazon Prime Video, d’autres plus récentes comme Sooner dédiée au cinéma avec un catalogue belge et international, Apple TV + ou Disney + qui débarque ce mercredi 15 septembre en Belgique. Même la Flandre s’y met avec Streamz lancé ce lundi 14 septembre.

Et du côté francophone ? Rien, diront certains. Ce qui n’est pas exact. Antoine Pichault, directeur de la télévision non-linéaire chez RTL Belgium remet l’église au milieu du village. “Streamz, c’est plus une opération de communication qu’une nouvelle plateforme qui arrive, souligne-t-il. C’est présenté comme le Netflix flamand mais dans les faits, c’était ce qui s’appelait auparavant Play More, chez Telenet. C’est plus une évolution de quelque chose qui existait déjà.” Et des plateformes, il en existe aussi déjà, tant chez RTL qu’à la RTBF. Elles s’appellent RTL Play et Auvio.

Le pari de la RTBF

Par contre, il est vrai qu’il n’y a pas, du côté belge francophone, d’alliance entre les producteurs de contenus. La RTBF rappelle qu’avant le lancement d’Auvio, Jean-Pol Philippot avait tendu une perche à RTL mais le groupe privé n’a pas voulu la saisir. Et l’on rappelle aussi que la porte est toujours ouverte. En attendant, le service public trace sa route avec sa plateforme qui propose déjà de nombreuses possibilités, qu’il s’agisse des replays, du coin Séries, des podcasts, du partenariat avec AB3, etc. L’ensemble a trouvé son public estime le Boulevard Reyers et est appelé à se développer en permanence. Et peut-être même un jour à accueillir du payant s’agissant de contenus particuliers.

Et ce n’est pas tout. La RTBF est aussi impliquée dans TV5MondePlus, une nouvelle plateforme placée sous la bannière de la francophonie sur laquelle des milliers d’heures de programmes sont accessibles et ce dans 194 pays. Porté par la France, la Suisse, le Canada et la Fédération Wallonie-Bruxelles, le projet n’ambitionne pas de détrôner Netflix, a dit Yves Bigot, directeur général de TV5Monde. Jean-Pol Philippot, administrateur délégué de la RTBF, y pense pourtant un peu. Il a estimé que le service peut devenir une alternative au géant du streaming ou à d’autres acteurs comme Amazon Prime Video.

RTL a développé sa propre plateforme

De son côté RTL n’est pas en reste. Pourtant, le groupe privé reconnaît avoir mis un peu de temps avant de se lancer dans l’aventure. La faute au ticket d’entrée technique qui était financièrement trop lourd à assumer pour le petit marché belge francophone “Il fallait trop d’argent pour avoir une plateforme avec les standards qui collaient à notre ambition, explique Antoine Pichault. À titre d’exemple, Netflix investit chaque année 350 millions de dollars en développement. RTL Belgique n’atteint pas cette somme en chiffre d’affaires annuel…” Le problème a été surmonté puisque RTL Group a rassemblé ses forces pour développer une plateforme (créée par M6) désormais utilisée par cinq de ses filiales, dont la Belgique. Celle-ci sera aussi le moteur de Salto, la plateforme commune de TF1, France Télévisions et… M6.

Est-ce que RTL se verrait rejoindre cette dernière dans un avenir plus ou moins proche ? “C’est trop tôt pour vous répondre”, lance de manière quelque peu énigmatique le directeur de la TV non-linéaire chez RTL Belgium. “Mais une chose est sûre, lorsqu’on lancera une offre sur les segments de la télévision non-linéaire payante, ce sera avec une ambition réelle. L’idée n’est pas de faire payer ce que les gens avaient auparavant gratuitement, comme RTL Play.” Il ne le cache pas, s’il y a des alliances à faire, c’est plutôt vers la France que se tourne son regard. “En Fandre, la consommation des productions et de la culture flamande est très atypique par rapport à ce qui se fait chez nous ou ailleurs en Europe, explique-t-il. C’est très autocentré. Tandis que notre activité est très influencée par ce que font les Français. S’il y a une alliance à faire entre diffuseurs pour proposer une plateforme dont le mode de consommation serait exclusivement non-linéaire, nous avons intérêt à faire ça entre francophones.”

RTL Play new look débarque le 8 octobre

Est-ce que ces ambitions affichées signifieront la fin de RTL Play, la plateforme digitale actuellement utilisée par RTL Belgium ? Certainement pas, insiste notre interlocuteur. Son développement est permanent et elle va prochainement bénéficier d’un déploiement massif. De nouvelles interfaces graphiques, une offre de contenus boostée et des partenariats avec différents opérateurs sont annoncés. “Il n’y a pas de raison d’attendre un modèle économique payant pour proposer du contenu alternatif et supplémentaire à ce que l’on propose en télévision classique”, dit Antoine Pichault. Rendez-vous le 8 octobre pour découvrir ces nouveautés.