Dans les coulisses du Télévie. À bâtons et archets rompus

NAMUR Chacun avec sa personnalité, son talent, son charisme. Ils ont donné de la voix, de leurs tripes, de leur cœur. Il est 19 h 45. Le grand show marathon va commencer.

Le décompte du temps est implacable. Mais, petite panique du direct, il manque un saxophoniste. Le voilà qui arrive au pas de course... "Dépêche-toi, dépêche-toi !" C'est parti pour plus de quatre heures de chansons, d'appels, de battements de cœur...

François Pirette est un habitué de l'événement, au fil du temps. Mais ce soir, l'humour décapant est resté dans les coulisses. "Donnez-moi une raison de refuser de participer au Télévie ! C'est difficile de faire des sketches, dans une ambiance pareille. C'est pour moi le bonheur de faire de la musique. Cette année, le plaisir a été de chanter avec Adamo. C'est lui qui me l'a demandé. C'est un honneur. Ça me touche. J'ai habité dans le même village que lui. Un beau et grand moment dans ma petite vie de saltimbanque."

Et les 100 millions d'euros ? "Au risque de vous surprendre, de vous choquer : je m'en fous. On n'est pas là pour battre un record, mais pour battre une maladie. C'est une opération du cœur. Et le cœur ne se quantifie pas. Ce qui compte, c'est que la générosité des gens, elle est intacte. On est là d'abord pour faire avancer les choses. Ce que j'ai toujours souhaité au Télévie, c'est qu'il disparaisse, parce qu'on aurait vaincu la chose.

Le Télévie, Frédéric François sait de quoi il parle, lui qui a été cloué tout un temps par la maladie : "Je suis un PPP dans la vie : Pensée Positive Permanente. Tout peut y arriver. Si on le veut, on le peut" , dit-il, les yeux étoilés.

C'est que, pour la première, il a chanté avec sa fille, Victoria, 19 ans, un grand moment dans sa vie : "C'est la première fois que je participe activement, en chantant avec mon papa. Je suis très fière, très stressée. Les autres fois, je vivais le Télévie en coulisses. Je suis la plus jeune. Je pense pouvoir avoir un impact sur les jeunes" , explique Victoria.



© La Dernière Heure 2009